Rousseau et les éducateurs : essai sur la fortune des idées pédagogiques de Jean-Jacques Rousseau en France et en Europe au XVIIIe siècle

par Gilbert Py

Thèse de doctorat en Littérature comparée

Sous la direction de Pierre Brunel.

Soutenue en 1991

à Paris 4 .


  • Résumé

    Les réactions en Europe aux idées pédagogiques de Rousseau furent passionnées comme en témoigne la double polémique qui l'oppose à l'Eglise et aux philosophes. Seul Kant comprend Rousseau comme un philosophe des Lumières au second degré. Cependant les principes de l'éducation naturelle négative s'imposent dans l'éducation familiale, favorisent l'essor des instituts de type philanthropiniste, nourrissent les réformes dans toute l’Europe. Cette fortune correspond à celle de la médecine infantile. On voit naitre la puériculture, une ébauche d'école maternelle. On reforme l'éducation féminine. L'éducation physique prend sa place dans les programmes-scolaires. Nées toutes deux de l'empirisme, la fortune des idées pédagogiques de Rousseau et celle du sensualisme se confortent pour s'opposer à l'enseignement traditionnel et se distinguent par les présupposés psychologiques, les contenus culturels et les méthodes. C'est cependant dans les romans d'éducation que les idées pédagogiques de Rousseau, centrées sur l'enfant, se manifestent le plus.

  • Titre traduit

    Rousseau and the educators : an essay on the fortune of Jean-Jacques Rousseau's pedagogy ideas in France and in Europe in the 18th century


  • Pas de résumé disponible.

Autre version

Cette thèse a donné lieu à une publication en 1997 par Voltaire foundation à Oxford

Rousseau et les éducateurs : étude sur la fortune des idées pédagogiques de Jean-Jacques Rousseau en France et en Europe au XVIIIe siècle


Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe sous forme papier

Informations

  • Détails : 2 vol. (561 f.)
  • Notes : Publication autorisée par le jury

Où se trouve cette thèse ?