Le rituel du Muganuro dans l'histoire du Burundi des origines au XXe siècle

par Michel Bahenduzi

Thèse de doctorat en Histoire

Sous la direction de Jean-Pierre Chrétien et de Claude-Hélène Perrot.

Soutenue en 1991

à Paris 1 .


  • Résumé

    Le Muganuro ou le rituel des semailles du Sorgho était la fête la plus importante du Burundi ancien. Elle revêtait une dimension nationale tant sur le plan des préparatifs que du déroulement. On peut la diviser en deux parties : les cérémonies secrètes et les manifestations de joie collective. - Les cérémonies secrètes comportaient plusieurs épisodes : les séances divinatoires, le repas liturgique (Kurya Umwaka), le culte du tambour. À cela s'ajoutaient un simulacre d'union sexuelle entre le roi et la vestale gardienne du tambour dynastique, un sacrifice humain qui avait lieu lorsque le roi célébrait pour la première fois le Muganuro. Le rituel était clôturé par le culte de Kubandwa. - Les manifestations de joie collective comprenaient : une battue rituelle destinée à capturer des antilopes vivant, des exhibitions artistiques ainsi qu'une redistribution de vaches, de houes et de sorgho. Ce n'est qu'après ces cérémonies que l'autorisation de semer le sorgho, la céréale la plus importante du pays, était officiellement donnée. Le Muganuro était ainsi un important repère dans la gestion du temps. Les rois jouaient de la sorte le rôle essentiel d'initiateurs du calendrier agricole. Cette fête était complexe. Au-delà des défoulements populaires, l'image du rituel est celle d'un condensé de la société burundaise dans son fonctionnement religieux, politique et économique. C'était un fait social total. Par une conjugaison de plusieurs facteurs, le Muganuro fut supprimé en 1929. Les conséquences du vide ainsi créé par la suppression brutale furent multiples. On notera entre autres la désacralisation du roi et la disparition des réseaux. . .

  • Titre traduit

    The Muganuro : a ritual in the history of Burundi from the beginning up to the XXth century


  • Résumé

    The Muganuro, a ritual of Sorghum harvest was one of the most important public feasts of ancient burundi. Celebrated in two separated forms, (secret ceremonies and joyful manifestations); this feast occupied a national dimension both in its preparation and its practice. The secret ceremonies included various practices: moment of divination, "liturgical" meal, cult of drums, hunting antelopes, artistic exhibitions and redistributions of cows, hoes and sorghum, in addition, the king used to practiced sexual simulacre with a vestale, Mukakaryenda, charged of the dynastic drum, and to make a human sacrifice during his first sorghum feast. These ceremonies were ended by the cult of Kubandwa. The joyful manifestations consisted of chasing and capturing live antelopes, artistic exhibitions, redistribution of cows, hoes and sorghum. This was followed by sowing of the redistributed sorghum through the order of the king. In fact, the king used to play an important role as an initiator of the agricultural calendar. And the Muganuro served as a reference of time. The image of this ritual, above the joyfull gatherings was a reflection of the religious, political and economic activities of the burundian people. As M. Mauss said, it was a "fait social total". The Muganuro was suppressed in 1929 by both the colonial rulers and the catholic missionnaries. The consequences of this have been multiple; among which, the "desacralisation" of the king and the desapearance of the networks actionned by this ritual. At the end of the 1950, in the process of cultural rehabilitation, the feast was restaured entirely modified.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe sous forme papier

Informations

  • Détails : 1 vol. (459 f.)
  • Notes : Publication autorisée par le jury
  • Annexes : Bibliogr. f. 441-452

Où se trouve cette thèse\u00a0?

  • Bibliothèque : Bibliothèque Pierre Mendès France (Paris).
  • Consultable sur place dans l'établissement demandeur
  • Cote : R 91 ! 91
  • Bibliothèque : Bibliothèque interuniversitaire de la Sorbonne. Fonds général.
  • Non disponible pour le PEB
  • Cote : TMC 92-764
  • Bibliothèque : Centre Technique du Livre de l'Enseignement supérieur (Marne-la-Vallée, Seine-et-Marne).
  • Disponible pour le PEB
  • Cote : I 4= 15590
  • Bibliothèque : Campus Condorcet (Aubervilliers). Grand Equipement Documentaire.
  • Non disponible pour le PEB
  • Cote : T429

Cette version existe également sous forme de microfiche :

  • Bibliothèque : Bibliothèque nationale et universitaire de Strasbourg.
  • Non disponible pour le PEB
  • Cote : TH.MF.PA1.LETT.1991
  • Bibliothèque : Université Paris-Est Créteil Val de Marne. Service commun de la documentation. Section multidisciplinaire.
  • PEB soumis à condition
  • Bibliothèque : Institut national d'histoire de l'art. Collections Jacques Doucet (Paris). Bibliothèque.
  • Disponible pour le PEB
  • Cote : MFiche 223/518
  • Bibliothèque : Université de Lorraine. Direction de la Documentation. Bibliothèque universitaire Lettres et sciences humaines.
  • Disponible pour le PEB
  • Cote : Mf 8287.
  • Bibliothèque : Médiathèque du musée du quai Branly - Jacques Chirac.
  • Disponible pour le PEB
  • Cote : MF-1109
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.