Le parti radical de 1901 à 1904

par Gérard Baal

Thèse de doctorat en Histoire

Sous la direction de Maurice Agulhon.

Soutenue en 1991

à Paris 1 .


  • Résumé

    Le parti radical de la belle époque n'est pas le parti de cadres qu'on évoque quelquefois. Il existe un "peuple radical". Mais le contraste est grand entre la vitalité des comités locaux et l'inconsistance d'une organisation nationale qui n'a jamais contrôlé l'ensemble des forces militantes et parlementaires se réclamant du radicalisme. Le type de parti qu'incarne alors la SFIO répugne à l'individualisme radical. Et pourtant, les revers qu'ils connaissent au lendemain de l'ère combiste obligent les radicaux à se soucier eux aussi d'organisation et de discipline. Idéologiquement, l'image du radicalisme était menacée de décoloration, vers 1890, par la montée du socialisme qui lui ôtait le monopole de l'intransigeance. Le radicalisme a préservé son identité en se faisant le champion du "vieil esprit républicain" contre le ralliement et "l'esprit nouveau". Pendant les années du combisme, le radicalisme prodigue les promesses réformatrices : la bataille anticléricale prépare l'avènement de la "république démocratique et sociale". Mais les radicaux découvrent vite que les classes moyennes républicaines sont loin d'aspirer à des bouleversements de la législation fiscale et sociale.

  • Titre traduit

    The French radical party from 1901 to 1914


  • Résumé

    The "parti radical", at the turn of the century, was not, as is sometimes thought, only a party of full-time organisezs and professional politicians. There was such a thing as grass-roots radicalism. But a major contrast could still be seen between the strength of local caucuses and the weaknesses of a national organization that was never able to control the whole of the activists and parliamentarians claiming to be radicals. Individualist as they were, the radicals remained wary of a party embodied at the time in the socialist party. And yet the set-backs they would experience in the aftermath of the combes era were to force them as well to address the questions of organization and discipline. From the ideological point of view, the star of radicalism looked about to set, around 1890, when the growth of socialism appeared to challenge its claims to exclusive intransigence. Radicalism preserved its identity, though, by championing the "old republican spirit" against the "ralliement" and the "esprit nouveau". During the combes years, it lavished promises of reforms : the anti-clerical struggle was to pave the way for the "social and democratic republic".

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe sous forme papier

Informations

  • Détails : 4 vol. (IV, 1742, IV f.)

Où se trouve cette thèse\u00a0?

  • Bibliothèque : Bibliothèque Pierre Mendès France (Paris).
  • Consultable sur place dans l'établissement demandeur
  • Cote : R 91 ! 85
  • Bibliothèque : Bibliothèque interuniversitaire de la Sorbonne. Fonds général.
  • Non disponible pour le PEB
  • Cote : TMC 92-762
  • Bibliothèque : Centre Technique du Livre de l'Enseignement supérieur (Marne-la-Vallée, Seine-et-Marne).
  • Disponible pour le PEB
  • Cote : I 4= 15389-<1 À 4>

Cette version existe également sous forme de microfiche :

  • Bibliothèque : Université de Lille. Service commun de la documentation. Bibliothèque universitaire de Sciences Humaines et Sociales.
  • Non disponible pour le PEB
  • Cote : 1991PA010594
  • Bibliothèque : Bibliothèque nationale et universitaire de Strasbourg.
  • Non disponible pour le PEB
  • Cote : TH.MF.PA1.LETT.1991
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.