Théorie du mouvement du satellite artificiel : développement des équations du mouvement moyen : application à l'étude des longues périodes

par Gilles Métris

Thèse de doctorat en Astronomie fondamentale, mécanique céleste et géodésie

Sous la direction de François Barlier.

Soutenue en 1991

à Observatoire de Paris .

Le président du jury était Jean Kovalevsky.

Le jury était composé de Georges Balmino, Michèle Moons, Nicole Capitaine, Pierre Exertier.

Les rapporteurs étaient Georges Balmino, Michèle Moons.


  • Résumé

    L’objet de ce travail est l'élaboration d'une méthode permettant d'obtenir des informations géodynamiques à partir des variations à longues périodes du mouvement du satellite artificiel. Les phénomènes à courtes périodes sont parfois difficiles à modéliser précisément, et sont toujours à l'origine de difficultés numériques lors de l'intégration du système différentiel du mouvement sur de longues périodes de temps. C'est pourquoi nous proposons d'étudier directement la partie du mouvement ne contenant pas de variations à courtes périodes (périodes inferieures à 1 jour). Dans l'évolution des variables qui décrivent le mouvement du satellite, il est possible de séparer artificiellement les variations à courtes périodes et les variations à longues périodes (y compris les variations séculaires). Ces dernières décrivent un mouvement fictif que nous désignons par mouvement moyen centre. Nous donnons un algorithme permettant de construire le système différentiel décrivant le mouvement moyen centre par transformation analytique du système initial. Pour la plupart des perturbations, nous avons pu utiliser le formalisme hamiltoniens et la théorie des transformations canoniques par méthode de Lie. Nous avons ainsi traité les perturbations dues au potentiel terrestre, a un troisième corps (Lune, Soleil, planètes), aux marées terrestres et océaniques. Cela a nécessité des calculs algébriques très volumineux que nous avons réalisés à l'aide d'un manipulateur de séries. Le système différentiel moyen obtenu peut être intégré numériquement avec un très grand pas de calcul (environ 12 heures au lieu de quelques minutes pour le système initial). Le temps de calcul est ainsi divisé par un facteur supérieur a 10 (le gain diffère selon les perturbations) et les erreurs numériques sont insignifiantes. Des calculs précis sur des arcs continus de plusieurs dizaines d'années deviennent alors beaucoup plus accessibles. Les résultats issus de l'intégration peuvent être comparés à des observations convenablement prétraitées. Des observations simulées nous ont permis de valider la méthode.

  • Titre traduit

    Theory of the artificial satellite motion development of mean motion equations application to the long periods study


  • Pas de résumé disponible.

Autre version

Cette thèse a donné lieu à une publication en 2006 par [CCSD] [diffusion/distribution] à Villeurbanne

Théorie du mouvement du satellite artificiel : développement des équations du mouvement moyen : application à l'étude des longues périodes

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe sous forme papier

Informations

  • Détails : 1 vol. (177 f.)
  • Annexes : Bibliogr. f. 169-172

Où se trouve cette thèse ?

  • Bibliothèque : Observatoire de la Côte d'Azur. Laboratoire Géoazur. Bibliothèque.
  • Disponible pour le PEB
  • Cote : T I-148
  • Bibliothèque : Observatoire de la Côte d'Azur. Bibliothèque.
  • Disponible pour le PEB
  • Cote : 003694
  • Bibliothèque : Observatoire de Paris (Section de Paris). Bibliothèque.
  • Non disponible pour le PEB
  • Cote : 6945
  • Bibliothèque : Observatoire de Paris (Section de Paris). Bibliothèque.
  • Non disponible pour le PEB
  • Cote : 9439
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.