Approche moléculaire et physico-chimique de la détection du coronavirus entérique bovin dans l'environnement

par Jocelyne Collomb

Thèse de doctorat en Pharmacie

Sous la direction de Chantal Finance.

Soutenue en 1991

à Nancy 1 .


  • Résumé

    Une étude de la structure moléculaire et des caractéristiques physicochimiques du coronavirus entérique bovin (BECV) a été envisagée afin de développer des techniques de détection de ce virus dans les milieux biologiques et l'environnement. Le clonage de l'ARN génomique a été réalisé dans E. Coli. L'analyse de la banque d'ADNc obtenue a permis de sélectionner un fragment de 2 kb, comprenant la majeure partie des gènes codant pour les protéines virales N et M, et utilisé comme sonde pour la mise au point d'un test d'hybridation moléculaire par slot blot. Deux techniques de marquage de la sonde ont été comparées : marquage radioactif au 32p et marquage enzymatique par couplage covalent à la péroxydase et révélation par chimiluminescence. La sonde radioactive permet de détecter 1 à 3 pg d'ARN viral, soit 2. 105 génomes, tandis que la sonde enzymatique, moins sensible, limite la détection à 100 pg d'ARN. Le test s'est avéré applicable à la détection du BECV produit en culture de cellules HRT 18 et présent dans les fécès de veaux atteints d'entérite. La recherche du BECV dans le milieu hydrique nécessite une étape de concentration préalable faisant intervenir les caractéristiques physicochimiques et antigéniques du virus. Ainsi, une technique d'immunoaffinité utilisant des anticorps monoclonaux et un procédé d'adsorption-élution sur poudre de verre ont été analysés. Dans chacun des cas, l'isolement des virus dispersés dans l'eau est efficace. Leur élution du support, par dissociation de l'immuncomplexe ou par répulsion électrostatique, entraîne une dégradation de l'enveloppe virale empêchant toute mise en évidence par inoculation à des cellules HRT 18. En revanche, les virus concentrés ont pu être détectés par hybridation moléculaire. La conduite d'études épidémiologiques nécessitera cependant d'améliorer le seuil de détection par amplification du système de révélation ou du matériel nucléique viral.


  • Pas de résumé disponible.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe sous forme papier

Informations

  • Détails : 1 vol. (228 p.)
  • Annexes : Bibliogr. 196-228

Où se trouve cette thèse ?

  • Bibliothèque : Université de Lorraine (Nancy, Meurthe-et-Moselle). Direction de la Documentation et de l'Edition - BU Santé - Pharmacie-Odontologie.
  • Accessible pour le PEB
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.