Résilience des cours d'eaux tropicaux : réponse des Baetidae (Ephemeroptera) au traitement du Niandan (Guinée) par insecticides antisimulidiens

par Jean Wuillot

Thèse de doctorat en Sciences. Biologie animale

Sous la direction de Eric Pattée.

Soutenue en 1991

à Lyon 1 .

Le président du jury était Eric Pattée.


  • Résumé

    La station d'etude se situe sur le niandan, affluent guineen du niger. Ce cours d'eau a ete traite par insecticide toutes les semaines d'avril a aout en 1987 et 1988. Trois produits ont ete utilises: le b. T. (aux basses eaux, en avril et mai), le temephos et la permethrine (a la remontee des eaux et en hautes eaux, de juin a aout). Avant le premier traitement insecticide du niandan, la microdistribution des baetidae en saison seche (fevrier a avril) est bien expliquee par les criteres de stratification choisis pour l'echantillonnage: vitesse du courant, presence ou absence de depot de vase, morphologie des podostemaceae (presence ou absence de tiges dressees) et support (sable, face superieure des substrats rocheux et face inferieure des pierres). De fevrier a avril, les densites augmentent chez pseudopanota bertrandi et p. Muganinani alors qu'elles diminuent chez les especes codees a1 et a2. Nous n'avons pas observe de differences de microdistribution et d'evolution temporelle (de fevrier a avril) selon l'age des larves. La duree de la phase larvaire, estimee par le suivi de la croissance d'individus mis en elevage, est inferieure a un mois chez la plupart des especes. A proximite du point d'epandage (duree du passage de l'insecticide egale a 10 minutes), les experiences en gouttiere montrent que toutes les especes testees sont fortement resistantes au b. T. (decrochement inferieur a 5%) et faiblement resistantes a la permethrine (decrochement superieur a 95%). La resistance au temephos varie selon les especes. Pour ces trois insecticides, la sensibilite des larves ne varie pas nettement selon leur age. La comparaison des effectifs de la faune en saison seche avant (1987) et apres traitement insecticide (1988 et 1989) montre que 5 a 7 mois apres l'arret du traitement insecticide, toutes les especes ont retrouve (voire parfois meme depasse) leurs effectifs


  • Pas de résumé disponible.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe sous forme papier

Informations

  • Détails : 1 vol. (125 p.)
  • Annexes : Bibliogr. p. 115-125

Où se trouve cette thèse ?

  • Bibliothèque : Université Claude Bernard (Villeurbanne, Rhône). Service commun de la documentation. BU Sciences.
  • Disponible pour le PEB
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.