Une Sociologie du travail ouvrier à l'usine : la constitution de l'unité de production, la mise en place et la maintenance d'une organisation syndicale après la restructuration, la mise en oeuvre d'un principe particularisant par les ouvriers, le travail de déconstruction de la section syndicale

par Bernard Urlacher

Thèse de doctorat en Sociologie

Sous la direction de Luc Boltanski.

Soutenue en 1991

à Paris, EHESS .


  • Résumé

    La reconstitution a l'aide d'entretiens, reproduits dans le texte, de l'histoire d'une usine montre que les premieres formes d'investissement incorpore structurent le developpement ulterieur de l'entreprise. Celle-ci s'etend dans un reseau interpersonnel sur le mode d'une production villageoise. La creation d'organisations collectives ouvrieres prolonge le developpement et la complexification de l'unite de production. La section syndicale introduit dans l'usine une nouvelle grille d'interpretation des liens entre le patron et les ouvriers, entre les ouvriers, un nouvel instrument de mesure et d'evaluation des liens sociaux : une reference a l'opinion publique, a la recherche et la defense de l'interet de tous, aux differentes formes de textes de loi. Ce changement se traduit encore par la valorisation d'equivalents tels que le diplome que les ouvriers detiennent rarement , par l'accentuation des differences entre les ouvriers lies par des liens de proximite, par la reduction a neant des proprietes des ouvriers locaux et des demandes formulees par eux. Le travail de reduction du travail collectif s'appuie sur cette denonciation. Il est accompli au nom d'une organisation syndicale concurrente qui reduit le travail collectif accompli a l'interet particulier. Ce travail de reduction debouche sur une definition du travail : en reference au risque et non a des formes de solidarite villageoise.


  • Résumé

    By reconstituting the history of a factory, through interviews included in the text, we show that the initial forms of investment in the factory personnel give structure to the firm's ulterior development. The firm develops through an interpersonal network, according to a village-based mode of production. The creation of collective worker organizations prolongs the development and complexification of the unit of production. The local union brings into the factory a new way of interpreting the ties between the boss and the workers and among workers, a new way of measuring and evaluating social ties : this is by reference to public opinion, to the search for and defense of everyone's common interest, and of the different forms of legal texts. This change has also found expression in the valorization of "equivalents" such as official degrees (which workers rarely have), in the accentuation of differences between workers who are close in other ways, and in the elimination of local workers' specific characteristic and of their demands. The process of "reducing" the trade union's collective work depends on this "denunciation". It is a rival trade union which denigrates the first union's efforts, by presenting them as a mere expression of particular interest. This process of "reduction" leads to a new definition of work : one see no longer in terms of villagebased forms of solidarity but rather in terms of the risk involved.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe sous forme papier

Informations

  • Notes : Publication autorisée par le jury

Où se trouve cette thèse ?

  • Bibliothèque : Bibliothèque Diderot Education (Lyon).
  • Consultable sur place dans l'établissement demandeur
  • Bibliothèque : Centre Technique du Livre de l'Enseignement supérieur (Marne-la-Vallée, Seine-et-Marne).
  • Disponible pour le PEB
  • Cote : MSH TH 4006 (1)
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.