Distribution spatio-temporelle du zooplancton dans un lac eutrope. Role de la pedations dans la structure des communautes littorales et pelagiques

par HASSAN TALEB

Thèse de doctorat en Sciences biologiques et fondamentales appliquées. Psychologie

Sous la direction de NICOLE LAIR.

Soutenue en 1991

à Clermont Ferrand 2 .

    mots clés mots clés


  • Résumé

    Ce travail concerne la distribution spatio-temporelle, des rotiferes et des crustaces d'un lac eutrophe, dimictique francais (lac d'aydat, puy-de-dome) au cours d'un cycle annuel. Les prelevements ont ete realises selon une frequence mensuelle le long d'un profil horizontal de 10 stations de profondeur allant de 0,20 m a 14 m (6 stations sont littorales et 4 stations sont pelagiques). La composition specifique, l'abondance, la distribution des classes de taille et des classes d'age, la fecondite et la dynamique diurne ont ete analysees dans la zone littorale d'une part et dans la zone pelagique d'autre part. Le but etait de connaitre l'importance de la communaute planctonique et de determiner l'impact de la predation vertebree (poissons adultes et alevins) et de la predation intra-zooplanctonique dans les deux zones. La plupart des especes de rotiferes sont distribuees d'une maniere homogene entre la zone littorale et la zone pelagique. Le profil de distribution temporelle du peuplement est similaire dans les deux zones, celui-ci etant plus dense dans la zone littorale en ete. Le maximum de densite, mesure en juillet quelles que soient les stations, est essentiellement du a keratella cochlearis qui est l'espece dominante a cette periode. Un autre maximum moins marque est observe en mai a la station centrale (10), ainsi qu'aux stations 1 a 4. A la station centrale il est du a kellicottia longispina, tandis que dans la zone de bordure, c'est k. Cochlearis qui domine. Les deux especes les plus abondantes ne sont donc pas toujours reparties de la meme maniere selon les stations. La tendance generale de la distribution horizontale des cladoceres est une densite croissante au fur et a mesure de l'eloignement du bord. Ce peuplement est moins dense et moins diversifie que celui des rotiferes, et au moment ou il est le plus dense il est essentiellement reparti dans la zone pelagique. Aussi bien dans la zone littorale que dans la zone pelagique ce sont les petites especes qui dominent pendant la premiere moitie de l'annee, avec bosmina longirostris associee en mars-avril a chydorus sphaericus essentiellement dans la zone littorale. Daphnia longispina, espece de plus grande taille est representee en proportion plus importante dans la zone pelagique a certaines dates (mai et juillet). A partir de juillet, ceriodaphnia quadrangula s'ajoute au peuplement dans les deux zones ou il domine entre aout et octobre. C'est ensuite daphnia longispina qui prendra le relais dans la zone pelagique ou il domine en octobre novembre. Les cladoceres presents dans la zone littorale sont surtout des individus de petite taille, ils y sont relativement peu abondants; en general les grandes classes de taille des differentes especes paraissent davantage reparties dans la zone pelagique au printemps et a la fin de l'ete, par rapport a la zone littorale. Le copepode cyclopoide cyclops vicinus vicinus est abondant sur tout le transect au printemps et en ete, puis il regresse (entree en diapause); en hiver les adultes sont plus concentres dans la zone pelagique au cours de toute l'annee, son maximum de biomasse est hivernal. La dynamique de l'ensemble des populations zooplanctoniques est essentiellement regie par la predation vertebree et invertebree, dont l'impact est visualise par l'evolution de la diversite des biomasses des unites fonctionnelles (uf) du peuplement. L'absence de gradient horizontal de distribution et la faible diversite des rotiferes est en fait la resultante d'une forte pression de predation exercee dans les deux zones (invertebree dans la zone pelagique et vertebree dans la zone littorale). Les importantes differences de distribution des crustaces entre la zone littorale et la zone pelagique ne peuvent etre expliquees exclusivement par les variables de l'environnement abiotique ou par la nourriture algale. Outre les variations de la diversite la repartition des differentes classes de taille, temoigne de l'impact de la predation. Dans la zone littorale, au printemps et en ete, nous assistons a une desorganisation du peuplement, particulierement sensible pour les rotiferes a partir de mai. Les predateurs vertebres exploitent largement cette zone et en particulier les alevins paraissent a l'origine du gradient horizontal de distribution des crustaces qui va croissant de la zone littorale a la zone pelagique. Leur diversite chute a partir de juin. Le peuplement zooplanctonique de la zone pelagique est bien structure et tres dense. C'est la predation intra-zooplanctonique qui regit le systeme, les rotiferes etant les plus affectes par cette predation. Dans cette zone, l'importante biomasse representee par la communaute zooplanctonique ne parait etre significativement affectee par les poissons adultes, et par voie de consequence alimente le compartiment detritique


  • Pas de résumé disponible.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe sous forme papier

Informations

  • Annexes : 512 REF

Où se trouve cette thèse ?

  • Bibliothèque : Bibliothèque Clermont Université (Aubière). Section Sciences et Techniques.
  • Accessible pour le PEB
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.