Etude de la susceptibilite electrique des jonctions aux radiofrequences (resonances dans les interfaces de semi-conducteurs)

par MOHAMMED AMMARI

Thèse de doctorat en Physique

Sous la direction de Jean-Gérard Théobald.

Soutenue en 1991

à Besançon .

    mots clés mots clés


  • Résumé

    On met au point le fonctionnement d'un spectrometre hyperfrequence par l'etude de la r. P. E. Des metavanadates (temps de relaxation, integrale d'echange). On est amene a approfondir quelque peu l'etude de leurs proprietes electriques (piezoelectricite, pyroelectricite). La susceptibilite hyperfrequence de jonctions presente des aspects tres particuliers. En fonction de la tension de polarisation, la dispersion tend vers une limite, l'absorption presente un maximum. L'interpretation fait appel au champ local hyperfrequence, qui comporte en plus du champ produit par l'experimentateur, un champ de type cooperatif et un champ depolarisant. On examine aussi l'effet d'un champ magnetique. A basse temperature (helium), on peut observer la resonance cyclotronique et verifier certains des parametres (masses effectives) utilises dans la description des phenomenes etudies anterieurement. Les effets etant lies a l'existence de charges electriques, on peut detecter les courants lies au mouvement de ces charges, aussi bien pour les resonances de plasma que pour la resonance cyclotronique


  • Pas de résumé disponible.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe sous forme papier

Informations

  • Annexes : 59 REF

Où se trouve cette thèse ?

  • Bibliothèque : Bibliothèque universitaire Sciences - Sport (Besançon).
  • Disponible pour le PEB
  • Cote : SCI.BESA.1991.58
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.