La notion d'utilité dans la philosophie de Diderot (nature et fonction dans le discours moral et politique)

par Michèle Chabanon

Thèse de doctorat en Lettres

Sous la direction de Paule Monique Vernes.

Soutenue en 1991

à Aix-Marseille 1 .


  • Résumé

    Au dela de la fonction critique et denonciatrice qu'emme attribue au savoir, s'appuyant sur la verite des choses, l'idee d'utilite penetre le discours philosophique de diderot, dont la foisonnante diversite indique aussi la variabilite des traitements auxquels elle donne lieu. Elle qualifie tout s'abord la demarche scientifique, en permettant a la physique experimentale par exemple de s'ouvrir a la decouverte de la nature, sans ceder aux risques d'abstraction ou de transcendance. Mais cet espace de rationalite que l'utile contribue a generer peut-il s'etendre au domaine des conduites et des actes des lors que la morale, l'idee du "juste et de l'injuste", est fournie par l'organisation de l'espece humaine, elle meme "insensible -ment entrainee par le torrent general qui conduit l'un a la gloire, l'autre a l'ignominie"? quel sens moral donner a l'utilite, et singulierement celle que peut revendiquer le philosophe intervenant dans son siecle, si elle doit naitre et se developper au sein d'un monde voue ineluctablement au deperissement? en evoquant le "principe" d'une utilite personnelle et generale, a la fois comme point d'articulation entre l'etat de nature et l'etat social, et comme source de tous les pactes individuels et detoutes les lois, diderot s'attache moins a construire un "systeme" philosophique aux allures utilitaristes qu'a relever dans un sens positif la singularite des itineraires d'acces au bonheur et a la vertu, echappant aussi bien aux illusions de l'egalitarisme qu'aux contraintes d'une "mathematique" sociale.


  • Résumé

    Beyond the critical and exposing function it bestows upon knowledge, relying on the truth of facts, diderot's philosophical discourse is imbued with the idea of utility; its abundant variety also shows how different the ways of dealing with ideas prove to be. First the idea of utility qualifies the scientific approach and the scientific method, allowing for instance experimental physics to open up to the discovery of nature, without yieldind to the risks of abstraction or transcendency. But can this space fo rationality engendered by utility extend to the field of behavioru and action, since morals, the idea of " le juste et l'injuste " is provided by the organisation of manking who is 'insensiblement entrainee par le torrent general qui conduit l'un a la gloire, l'autre a l'ignominie"? what moral sense can utility be given, and more particularly what utility can the philosopher claim in his own time, if it is to be born and develop within a world doomed to decaying? when evoking the "principle" of personal and general utility, both as a link between the state of nature and the state of society, and as the origin of all individual compacts and all laws, diderot applies himself less to building an utilitarian-like philosophi -cal "method" than to pointing out positively the peculiarity of the paths leading to happiness and virtue, avoiding the illusions of egalitarianism as well as the restraints of social "mathematics".

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe sous forme papier

Informations

  • Détails : 278 f
  • Notes : Publication autorisée par le jury

Où se trouve cette thèse ?

  • Bibliothèque :
  • Accessible pour le PEB
  • Bibliothèque :
  • Non disponible pour le PEB
  • Bibliothèque :
  • Disponible pour le PEB
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.