Action des hypodermines sur le système immunitaire bovin

par Nadine Chabaudie

Thèse de doctorat en Sciences pharmaceutiques

Sous la direction de Pierre Bardos.

Soutenue en 1990

à Tours .

Le jury était composé de Dominique Richard-Lenoble.

Les rapporteurs étaient Pierre Péry.


  • Résumé

    L'hypodermose bovine est une affection parasitaire provoquée par un agent de myiases, Hypoderma bovis et lineatum (insecte diptère oestridae). Elle affecte principalement les bovins et est rresponsable de pertes économiques importantes pour l'élevage et l'industrie du cuir. Actuellement, seule la chimiothérapie permet un contrôle de la maladie. Mais ces moyen prophylactiques ne sont pas sans risques pour la santé humaine et l'environnement. Aussi la vaccination pourrait apporter un moyen alternatif pour lutter contre cette parasitose. L'étude partielle des interactions entre les systèmes de défense de l'hôte et le parasite ont permis de définir l'activité antiinflammatoire des sécrétions du parasite, les hypodermines A, B et C. L'objectif de cette étude visait à analyser l'action de ces hypodermines sur la réponse immunitaire humorale et cellulaire à partir de deux approches. Une étude in vitro : des cultures de lymphocites naïfs stimulés par différents mitogènes, en présence d'hypodermines, ont permis de démontrer que ces dernières avaient une activité modulatrice sur la réponse lymphocitaire : elles stimulent la réponse, dans le cas de l'hypodermine B, ou l'inhibent, dans le cas des hypodermines A et C. Cette activité modulatrice affecte les lymphocytes et les non les mitogènes. Une étude in vivo : à partir de lymphocytes de bovins non infestés ou déjà infestés recevant des injections d'ypodermines A ou C, l'activité inhibitrice de lypodermine A sur la réponse lymphocytaire a également été démontrée, tandis que l'hypodermine C ne présentait aucune activité modulatrice. Enfin des injections d'hypodermine A induisent, aussi bien chez les animaux non infestés qu'infestés, des réponses humorales et cellulaires homologues. Des essais de stimulation de la réponse immunitaire, à partir d'injections d'hypodermine A en présence de différents adjuvants, a induit une protection à l'infestation naturelle qui n'excède pas 30%.

  • Titre traduit

    No title available


  • Résumé

    Bovine hypodermosis associated to an insect producing myasis is widely spread all over the herds of the northern hemisphere. Its economic incidence (on meat and leather production) had led to national programs of control. They are all based on chemotherapy. But, if very efficient molecules are not applicable to dairy cow due to their long lasting residue in milk. Howerver, a development of resistance to these antiparasitic molecules could be suspected. So a control by vaccination could be a alternative issue. The relationships between the parasite and the defense system of the host need to bu understood. In previous studies we have already demonstrated the antiinflammatory activity of the parasite secretions : hypodermins A, B and C. This study aimed to analyse the activity of these hypodermins on the bovine cellular and humoral responses. In vitro studiees : the lymphocytes co-cultivated with different mitogens and hypodermins modulate the proliferative response of lymphocytes to mitogens : hypodermin B increases this response, whereas hypodermins A and B decrease it. In vivo studies : lymphocytes from previously uninfested and infested cattle, receiving hypodermins A or C by injection and co-cultivated with mitogens confirm the in vitro inhibiting activity of hypodermin A, whereas hypodermin C does not modify the lymphoproliferation. Moreover, hypodermin A injections induce, on previously unfested and non unfested animals, a similar humoral and cellular response. Immunization of naive cattle with hypodermin A associated with different adjuvants leads to a low protection against natural infestation which do not reach 30%.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe sous forme papier

Informations

  • Détails : 1 vol. (134 f.)
  • Annexes : Bibliogr. f. 109-134.

Où se trouve cette thèse\u00a0?