La corrosion aqueuse des verres borosilicatés : nature et propriétés des couches d'altération

par Laurent Trotignon

Thèse de doctorat en Géochimie

Sous la direction de Jacques Schott.

Soutenue en 1990

à Toulouse 3 .


  • Pas de résumé disponible.


  • Résumé

    Les couches d'alteration formees par corrosion aqueuse sur une serie de verres borosilicates, depuis un verre ternaire borosilicate de sodium jusqu'a un verre nucleaire simule, sont etudiees a l'aide de techniques complementaires: analyse des solutions, spectroscopie infra-rouge, microscopies electroniques, techniques d'analyse des surfaces utilisant des faisceaux d'ions (rbs, erda). En systeme ferme, l'epaississement des couches d'alteration se fait principalement par hydratation in-situ du verre. Cet epaississement peut etre controle selon le verre par le transport des reactants ou la reaction d'hydrolyse du reseau borosilicate. La structure moleculaire du verre semble jouer un role important dans ces processus. Les elements lourds (actinides, terres rares) se retrouvent pieges dans un hydrosilicate. Il est possible de reproduire sur un verre contenant sept oxydes la phenomenologie de la corrosion observee sur un verre nucleaire compose de plus de trente oxydes

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe sous forme papier

Informations

  • Détails : [3]-161 p

Où se trouve cette thèse ?

  • Bibliothèque : Université Paul Sabatier. Bibliothèque universitaire de sciences.
  • Disponible pour le PEB
  • Cote : 1990TOU30072
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.