Traitement adaptatif de signaux non stationnaires avec pour application la validation experimentale d'un modele du canal de transmission ionospherique

par MARC NIBERON

Thèse de doctorat en Traitement du signal et télécommunications

Sous la direction de Michel Joindot.

Soutenue en 1990

à Rennes 1 .

    mots clés mots clés


  • Résumé

    Les travaux decrits dans cette these concernent la validation experimentale d'un modele du canal de transmission ionospherique. L'expression generale de ce modele ainsi qu'un dispositif d'analyse experimentale de liaisons hf etablis dans le cadre d'etudes anterieures sont donc tout d'abord rappeles. Le modele se distingue de ceux actuellement disponibles par sa structure a deux composantes: l'une deterministe, l'autre statistique. La caracterisation de ces composantes a necessite la mise au point de techniques specifiques de traitement du signal et leur application a un grande nombre de cas experimentaux enregistres sur une liaison situee moyennes latitudes. Ces traitements a caractere adaptatif sont detailles ici. Ils permettent l'identification de parametres de propagation (amplitude, frequence) et le suivi de leurs evolutions a des echelles de temps de l'ordre de quelques dizaines de millisecondes. Le principe de base repose sur l'emploi successif de deux filtres de kalman etendus. Le premier identifie les valeurs moyennes des parametres et permet ainsi qu'une stationnarisation du signal de meme qu'une refjection du bruit de mesure. Le second filtre intervient pour separer en amplitude et frequence les deux modes magnetoioniques propages sur chaque trajet ionospherique, meme s'ils ne sont pas discernables en temps de groupe par le systeme de mesure. Il devient alors possible de caracteriser qualitativement et quantitativement la composante deterministe du modele. Apres extraction de cette derniere, on obtient la partie aleatoire qui est soumise a des analyses statistiques. On montre alors que lorsque la composante deterministe est bien identifiee, la partie statistique verifie les conditions d'un processus bivariant gaussien pouvant par ailleurs etre en bonne approximation represente a l'aide d'un modele autoregressif d'ordre faible. En conclusion le modele est considere valide sur la liaison etudiee et par extension sur des liaisons situees aux moyennes latitudes. Sa representativite pour d'autres zones geographiques ne sera acquise qu'apres des campagnes de mesures dans ces zones, alliees a une interpolation geophysique poussee des mesures


  • Pas de résumé disponible.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe sous forme papier

Informations

  • Détails : 1 vol. (191 f)
  • Annexes : 64 REF

Où se trouve cette thèse ?

  • Bibliothèque : Université de Rennes I. Service commun de la documentation. Section sciences et philosophie.
  • Disponible pour le PEB
  • Cote : TA RENNES 1990/108
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.