Variabilité des populations naturelles de Lathyrus sylvestris L : approche morphologique, cytogénétique et génétique

par Anissa Chaïb

Thèse de doctorat en Ecologie expérimentale

Sous la direction de Daniel Combes.

Soutenue en 1990

à Pau .


  • Pas de résumé disponible.


  • Pas de résumé disponible.


  • Résumé

    Comme le souligne Mayr (1974) la compréhension de l'histoire évolutive d'une espèce passe par la connaissance de la structure des populations; ainsi que des modalités spatiales et temporelles des échanges génétiques qui s'y opèrent. Notre travail s'insère dans ce contexte, l'objectif poursuivi étant l'analyse des variations intra et inter-groupes du Lathyrus sylvestris. Cette étude a été réalisée dans le sud-ouest de la France, dans deux sites différents, l'un en montagne (Miguelou) et l'autre en plaine (Coarraze). La variabilité a été appréciée sur un ensemble de paramètres, tant morphologiques que biochimiques, chromosomiques et même reproductifs. Cette approche de la biologie des populations s'organise selon quatre axes: 1) le premier est relatif à la morphologie foliaire et à l'architecture des ramifications aériennes; 2) le second est consacré à la variabilité des gaméophytes; 3) le troisième se rapporte à la détermination du système de la reproduction par des analyses allo-enzymatiques et des pollinisations controlées; 5) la quatrième concerne la morphologie des chromosomes et la présence de fragilités chromosomiques. Les résultats de cette étude montrent que les Lathyrus sylvestris dans ces deux stations s'organisent en population. La variabilité entre ces deux populations est importante pour tous les paramètres étudiés. Cependant cette variabilité ne masque pas celle intra-population qui est dans la majorité des cas hautement significative. Cette variabilité est organisée de façon différente pour les deux populations, ceci étant particulièrement marqué pour le régime de la reproduction. A Coarraze, l'autofécondation et les croisements par voisinage semblent dominants alors qu'à Miguelou il semblerait que les croisements soient aléatoires entre les plantes. Tout se passe comme si nous étions en présence d'un système parmictique.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe sous forme papier

Informations

  • Détails : 1 vol. (119 p.)
  • Annexes : Bibliographie p.113-119

Où se trouve cette thèse ?

  • Bibliothèque : Université de Pau et des Pays de l'Adour. Service Commun de la Documentation. Section Sciences.
  • Disponible pour le PEB
  • Cote : USG 10486
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.