"des racines dans la terre de la pluie". Identite, ecologie et alimentation dans le haut pays mixteque

par Esther Katz

Thèse de doctorat en Ethnologie

Sous la direction de Julian Alfred Pitt-Rivers.

Soutenue en 1990

à Paris 10 .

    mots clés mots clés


  • Résumé

    Consacree a l'etude de l'identite culturelle dans une region du sud du mexique, la mixteca alta, cette these demontre que les paysans de cette region, qu'ils soient dits "indiens" ou "metis", ont conserve, en depit des apparences, un heritage prehispanique commun dans lequel ils puisent leur capacite d'adaptation au changement. Le paysan de la mixteca se definissant comme celui qui "travaille la terre", son identite est abordee ici a travers son rapport au milieu naturel, par l'analyse de pratiques concretes porteuses d'une longue tradition, l'utilisation de l'ecosysteme et l'alimentation, a l'aide des methodes de l'ethnoscience et dans une perspective diachronique. Une telle approche permet d'acceder, au-dela du discours ostensiblement auto-depreciateur des paysans, a la richesse de la cosmovision indigene, axee sur une alternance necessaire entre deux poles complementaires, tels que le domestique et le sauvage, le chaud et le froid, le sec et l'humidite, la vie et la mort, l'identite et l'alterite. A travers les plantes, les espaces de l'environnement, les objets et les techniques agricoles et culinaires, les categories "indien" et "metis", culturelles et non biologiques, revelent plus le statut social que l'identite. Cette derniere est en fait construire de la parente, la communaute et le terroir, sans etre pour autant figee. . .


  • Résumé

    Dedicated to the study of cultural identity in the mixtec highlands of southern mexico, this thesis shows that the local peasants, whether considered "indians" or "hestizos", have maintained a common prehispanic heritage from which they draw their ability to change. Since the peasants define themselves as people "who work the land", their cultural identity is approached through the ethnoscientific and diachronic analysis of agroecological and alimentary systems. This approach goes beyond the peasant's ostensible self-deprecating discourses to understand the indigenous cosmovision, which is based upon the necessary alternation between a series of complementary poles: domesticated wild, hot cold, dry humid, life death, self-identity otherness. The study of plants, environmental spaces, agricultural and culinary instruments demonstrates that the categories of "indian" and "mestizo" signify social status more than identity. Cultural identity, in fact, is based on kinship, community and land. It is not a static concept since the notion of alternation is constantly integrated in the indigenous way of thinking.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe sous forme papier

Où se trouve cette thèse ?

  • Bibliothèque : Université Paris Ouest Nanterre La Défense. Service commun de la documentation.
  • Disponible pour le PEB
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.