Contribution a l'analyse des mecanismes d'activation des lymphocytes t chez la souris : utilisation des proprietes mitogeniques de l'agglutinine d'urtica dioica

par MIKAEL A. LE MOAL

Thèse de doctorat en Sciences biologiques et fondamentales appliquées. Psychologie

Sous la direction de PIERRE ANDRE CAZENAVE.

Soutenue en 1990

à Paris 6 .

    mots clés mots clés


  • Résumé

    Nous avons etudie l'activation des lymphocytes t de souris induite par une phytoagglutinine mitogenique extraite des rhizomes de la grande ortie, l'urtica dioica. Cette lectine, l'uda, povoque une proliferation massive des lymphocytes t, spleniques ou thymiques, qui requiert de facon stringente la presence de cellules accessoires. Mediee par l'il-2, cette proliferation presente une cinetique retardee par rapport aux mitogenes habituels comme la con a, avec un pic des divisions cellulaires a 48 h. De fait, la production d'il-2 et l'apparition des recepteurs membranaires pour l'il-2 sur les lymphocytes t sont egalement ralentis. L'examen de la production de diverses cytokines consecutive a l'activation exercee par l'uda revele cependant la production, en quantites inhabituellement importantes, d'il-3 et d'ifn- (10 et 3 fois plus, respectivement, qu'avec la con a). Nous avons confirme ces donnees au niveau de la transcription des genes concernes, approche qui nous a aussi indique l'existence de deux vagues transcriptionnelles (au lieu d'une seule pour la con a). A 36 h, les arn messagers codant pour l'il-3, l'ifn- et l'il-2 sont produits, alors que ceux codant pour l'il-4 et pour l'il-5 n'apparaissent que vers 72 h. L'etude des signaux secondaires intracellulaires lies au catabolisme des phospholipides membranaires a mis en evidence, par rapport a la con a, une plus faible variation du taux de calcium cytosolique; par contre, les modalites d'expression des proto-oncogenes c-myc et surtout c-fos, sont quantitativement tres differentes. Par ailleurs, nous montrons que l'uda n'est capable de faire proliferer qu'une partie seulement des lymphocytes t, et ce, qu'ils soient de phenotype helper (cda#+) ou cytotoxiques (cd8#+). Les lymphocytes sensibles a l'uda montrent lors de leur activation une surexpression notable des molecules membranaires cd4 ou cd8. Les particularites de l'activation exercee par l'uda et l'existence d'une population t refractaire a ce mitogene suggerent l'existence d'un mecanisme nouveau utilise pour la transmission des signaux activateurs qui se repercute au niveau de l'expression des genes, necessitant vraisemblablement la presence d'une molecule membranaire d'activation particuliere qui est absente, justement, chez la population refractaire a l'uda


  • Pas de résumé disponible.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe sous forme papier

Informations

  • Annexes : 342 REF

Où se trouve cette thèse ?

  • Bibliothèque : Université Pierre et Marie Curie. Bibliothèque Universitaire Pierre et Marie Curie. Section Biologie-Chimie-Physique Recherche.
  • Accessible pour le PEB
  • Bibliothèque : Université Pierre et Marie Curie. Bibliothèque Universitaire Pierre et Marie Curie. Section Biologie-Chimie-Physique Recherche.
  • Disponible pour le PEB
  • Cote : T Paris 6 1988 520
  • Bibliothèque : Centre Technique du Livre de l'Enseignement supérieur (Marne-la-Vallée, Seine-et-Marne).
  • Disponible pour le PEB
  • Cote : PMC RT P6 1990
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.