La "poesie des choses" dans l'oeuvre de jean follain

par Françoise Rouffiat

Thèse de doctorat en Littérature française

Sous la direction de Marie-Claire Bancquart.

Soutenue en 1990

à Paris 4 .

    mots clés mots clés


  • Résumé

    Nombreux sont les objects dans l'oeuvre de jean follain (1903-1971), proses ou poemes. Rarement il consacre un texte a l'unique objet. Il procede plutot a des enumerations, revant depuis l'enfance a une encyclopedie des objets. Ses listes sont pourtant a la fois circonscrites et evasives a l'image du detail a quoi se reduit la description, ainsi eludee, reveuse. . . Les objets de follain ne sont pas seuls mais s'inscrivent dans un contexte socio-culturel donne, le bourg d7enfance, espace autobiographie transpose en poesie. Ce sont ces choses pres du corps et du coeur qui partagent nos vies tout en passant inapercues. Nous y sommes encore attaches mais nous en detachons deja a l'usage, a l'usure. Le temps a fait son oeuvre. C'est le jour ou l'objet est vu en realite qu'il entre en poesis. On decouvre alors que les choses nous regardent, meme sans personne. Susceptible d'usurper la place su sujet, subitemeny l'objet parait etrangement inquietant. Or chez follain la peur est merveille et le tremblement signe de poesie. Le plus etrange se revele etre aussi le plus simple. Follain note justement ce qui ne se remarque pas, - ce qui n'est pas si simple. Car si ce poete croit que les mots de la langue maternelle sont lies aux choses, il sait qu'ils sont banalises par l'usage. Que les choses fassent signe d'elles-memes, elles seront sauvees par la grace de l'indice, subtilisees par le "toucher furtif" de follain.


  • Résumé

    There are so many things in the work of jean follain (1903-1971), in proses as well poems. Scarcely does he dedicates a text to the only object. He rather proceeds to enumerations, dreaming since childhood of an encyclopaedia. The lists he draws up are both defined and evasive, like the detail to which the description is reduced, that way eluded. Follain's objects are not alone, belonging to a real socio-cultural context, his native village, autobiographical place transposed into a poetic space. These things are close to our bodies, our hearts, sharing our lives while being unseen. The very day that the object is really seen, it does become poetic. We discover then that things are regardind us without anyone looking at. The object doubling the subject seems odd, uncanny. But with follain fear is wonder and trembling means poetry. The queerest thing is also the most simple. Follain minds and marks what remains unnoticed. Since he believes that words, even getting common, are originally linked to things, these have just to point out by themselves and will be saved, by simple indication. Here is the "furtive touch" of the poet.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe sous forme papier

Informations

  • Notes : Publication autorisée par le jury

Où se trouve cette thèse ?

  • Bibliothèque : Université de Paris-Sorbonne Paris 4. Service commun de la documentation. Bibliothèque Serpente.
  • Consultable sur place dans l'établissement demandeur
  • Cote : BUT 1904
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.