Le goût pour la peinture en Angleterre au XVIIIe siècle : 1689-1768

par Jacqueline Bonnaveau

Thèse de doctorat en Études anglaises

Sous la direction de Suzy Halimi.

Soutenue en 1988

à Paris 3 .


  • Résumé

    Cette contribution a la sociologie de l'art traite des rapports des amateurs et des collectionneurs avec les tableaux, au cours de la periode qui servit de cadre a un changement d'attitude a l'art chez les anglais. Apres avoir analyse la relative indifference a la peinture sous les regnes de guillaume iii et de la reine anne, on essaie de montrer quelles circonstances favorables et quels evenements rendirent possible la revolution culturelle qui se produisit pendant la decennie 1710-1720 : naissance d'un "homme de gout" issu des rangs de l'elite sociale ; efforts entrepris par le meilleur representant anglais de la theorie classique des arts plastiques, pour mener a bien l'education artistique de ses lecteurs, et pour promouvoir une variante inedite de l'homme de gout : le connaisseur. Le desir, ainsi suscite, d'une forme de plaisir esthetique fut confirme par le culte du "gout" pratique dans les milieux de l'aristocratie et de la gentry fortunee, sensibles a la reflexion philosophique sur le beau. Les consequences de l'interet croissant pour la peinture se traduisirent par le developpement du tourisme artistique et du commerce d'art - notamment des ventes aux encheres -, enfin par la constitution de nombreuses collections privees dont les proprietaires, souvent plus enthousiastes que connais seurs, contribuerent neanmoins a accroitre le patrimoine culturel de la nation.

  • Titre traduit

    The taste for painting in eighteenth century england : 1689-1768


  • Résumé

    The following contribution to the sociology of art deals with the experience of the virtuosi and collectors of paintings throughout the period that witnessed a change of attitude to art in england. After an analysis of the relative lack of interest in painting in the reigns of william iii and queen anne, the conjunction of the circumstances and events that brought about the cultural revolution which took place in the decade 1710-1720, is examined; more particularly, the emergence of a "man of taste" as a product of the upper classes, and the attempts made by the best english exponent of the classical theory of the visual arts to conduct the artistic education of his readers, and to promote a novel type of man of taste : the connoisseur. Once aroused, the desire for an aesthetic from of enjoyment was confirmed by cultivation of "taste", paramount in the circles of the aristocracy and the affluent gentry, who responded favourably to the various "enquiries" on the beautiful. The consequences of the growing interest in painting could be seen in the practice of the grand tour with a view to gaining a better knowledge of the arts, in the development of the art market - especially the auction sales -, lastly, in the for- mation of many private collections of pictures, whose owners, though proving too often more enthusiastic than discerning, helped to increase the cultural heritage of their country.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe sous forme papier

Informations

  • Détails : 4 vol. (1321 f.)
  • Notes : Publication autorisée par le jury

Où se trouve cette thèse ?

  • Bibliothèque : Université Sorbonne Nouvelle. Direction des Bibliothèques Universitaires. Section Censier.
  • Non disponible pour le PEB
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.