Marine royale : corsaires et trafic dans l'Atlantique de Louis XIV à Louis XVI

par Patrick Villiers

Thèse de doctorat en Lettres

Sous la direction de Jean-Claude Perrot.

Soutenue en 1990

à Paris 1 .


  • Résumé

    Seignelay reconnut le premier qu'en dépit d'un budget suffisant, la marine de louis XV ne pouvait disposer d'une supériorité décisive en hommes et en vaisseaux sur les anglo-hollandais. Il paria alors sur l'innovation technique puis sur la stratégie périphérique. Après la défaite de La Hougue, Pontchartrain reconstruisit la flotte en gardant les mêmes choix. Le recours à la course ne fut qu'un élément complémentaire de la guerre de course. Ce n'est qu'à la fin de la guerre d’Espagne que la course et l'escorte des convois devinrent les missions essentielles de la marine. Sous Louis XV, Maurepas paria sur l'avance technologique pour compenser la supériorité numérique anglaise et réserva les vaisseaux à l'escorte des convois. Pendant la guerre de succession d’Espagne. Alors que louis XV refusa en 1749 le plan de reconstruction de Maurepas, les anglais, sous l'impulsion de Walpole réussissaient à disposer de trois vaisseaux pour un français. À partir de 1755, ils entreprirent de détruire méthodiquement la flotte, le commerce puis de conquérir les colonies françaises. La course française fut le dernier recours. L'arrivée de Choiseul ne put retourner la situation. Il imposa cependant un train de réformes indispensables mais la marine ne retrouva un budget suffisant qu'à partir de 1777. Après deux années d'hésitations la France opta pour une stratégie périphérique qui fut victorieuse à Yorktown.

  • Titre traduit

    Royal navy : privateers and trade in the Atlantic from Louis XIV to Louis XVI (1661-1790)


  • Pas de résumé disponible.


  • Résumé

    Seignelay was the first to admit that in spite of suffisant budget, Louis XIV's navy could not have more men and ships than the english and the dutch. So, he bet on technical innovations and resorted to peripherical strategy. After the defeat of la hougue, pontchartrain rebuilt the navy and kept same choices. Privateering was but a complementary element in a long time warfare. During the Spanish war of sucession, after four years of war with large fleet, financial difficulties drawed france to a systematicaly resulting to privateering and protection of convoys. During the regn of Louis XV, Maurepas bet on technological progress to make up for the English superiority in numbers an specialised the French navy to protecting convoys. In 1749, Louis XV refused Maurepas's reconstruction project. The English led by Walpole and Anson had a superiority of three ships to one and during the seven years war methodically destroyed the trade and the French colonies. Privateering then turned into a meager compensation. Choiseul's arrival allowed a first set of reforms but budgets were never sufficent until 1777. After two years of stratefic wawerings, France choose for a peripherical strategy including convoys and privateering which gave her the victory.

Autre version

Cette thèse a donné lieu à une publication en 1991 par Société dunkerquoise d'histoire et d'archéologie à Dunkerque

Marine royale, corsaires et trafic dans l'Atlantique de Louis XIV à Louis XVI


Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe sous forme papier

Informations

  • Détails : 3 vol. (IX-1212 f.)
  • Notes : Publication autorisée par le jury

Où se trouve cette thèse\u00a0?

  • Bibliothèque : Bibliothèque Pierre Mendès France (Paris).
  • Consultable sur place dans l'établissement demandeur
  • Cote : R 90 ! 104
  • Bibliothèque : Bibliothèque de l'Institut d'Histoire de la Révolution Française (Paris).
  • Non disponible pour le PEB
  • Cote : B 74 1
  • Bibliothèque : Bibliothèque de l'Institut d'Histoire de la Révolution Française (Paris).
  • Non disponible pour le PEB
  • Cote : B 74 2
  • Bibliothèque : Bibliothèque de l'Institut d'Histoire de la Révolution Française (Paris).
  • Non disponible pour le PEB
  • Cote : B 74 3
  • Bibliothèque : Institut d'histoire économique et sociale. Bibliothèque.
  • Non disponible pour le PEB
  • Cote : Me 588 I
  • Bibliothèque : Institut d'histoire économique et sociale. Bibliothèque.
  • Non disponible pour le PEB
  • Cote : Me 588 II
  • Bibliothèque : Institut d'histoire économique et sociale. Bibliothèque.
  • Non disponible pour le PEB
  • Cote : Me 588 III
  • Bibliothèque : Bibliothèque interuniversitaire de la Sorbonne. Fonds général.
  • Non disponible pour le PEB
  • Cote : TMC 92-524
  • Bibliothèque : Centre Technique du Livre de l'Enseignement supérieur (Marne-la-Vallée, Seine-et-Marne).
  • Disponible pour le PEB
  • Cote : I 4= 15026-<1 À 3>

Cette version existe également sous forme de microfiche :

  • Bibliothèque : Bibliothèque universitaire Lettres et Sciences humaines (Montpellier).
  • Non disponible pour le PEB
  • Bibliothèque : Bibliothèque nationale et universitaire de Strasbourg.
  • Non disponible pour le PEB
  • Cote : TH.MF.PA1.LETT.1990
  • Bibliothèque : Université Paris-Est Créteil Val de Marne. Service commun de la documentation. Section multidisciplinaire.
  • PEB soumis à condition
  • Bibliothèque : Institut national d'histoire de l'art. Collections Jacques Doucet (Paris). Bibliothèque.
  • Disponible pour le PEB
  • Cote : MFiche 223/702
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.

Consulter en bibliothèque

Cette thèse a donné lieu à une publication en 1991 par Société dunkerquoise d'histoire et d'archéologie à Dunkerque

Informations

  • Sous le titre : Marine royale, corsaires et trafic dans l'Atlantique de Louis XIV à Louis XVI
  • Détails : 2 vol. (828 p.-LV p. de pl.)
  • ISBN : 2-9505553-0-6
  • Annexes : Bibliogr. p. 761-806
La version de soutenance de cette thèse existe aussi sous forme papier.

Où se trouve cette thèse\u00a0?

Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.