Communisme et culte de la personnalité

par Jean-Philippe Melchior

Thèse de doctorat en Science politique

Sous la direction de Dominique Colas.

Soutenue en 1990

à Paris 1 .


  • Résumé

    La centralisation idéologique et organisationnelle, poussée à son extrême par le stalinisme, va avoir pour effet la constitution d'un esprit de caste chez les communisme qui vont œuvrer à l'exaltation de leur mission collective. Rapidement après la prise du pouvoir, l'organisation transposé à l'échelle du pays tout entier les rapports de fascination soumission à l'égard du leader qui ne concernaient jusque-là que les seuls militants. Le parti communiste, détenteur de la seule pensée supposée vraie, exerce son pouvoir monopolistique sur la société qu'il cherche à unifier autour de ses valeurs et de son projet historique. Dans ce but, le leader doit faciliter par sa parole et son omniprésence symbolique l'unification du corps social. Le culte de Lénine, indissociable de la quête de la légitimité par le nouveau pouvoir, et premier grand rite soviétique, est envisagé comme la rencontre d'une volonté politique de mieux asseoir un régime encore fragile avec une partie de la culture pré-révolutionnaire. Le culte de Staline, type idéal du culte communiste, se constitue à partir de la fabrication d'une image charismatique. Les individus, atomises par le totalitarisme stalinien, vont avoir pour seul repère le leader infaillible. À partir du conflit Tito-Staline, le culte de certains leaders s'enrichit d'un nouvel élément constitutif : la défense de l'identité nationale.

  • Titre traduit

    Communism and worship of the personality


  • Résumé

    The ideological and organised centralisation, carried to its extreme by Stalinism, gave way to a group conciousness among communists who were about to develope exaltation in their collective mission. Rapidly after the taking of power, the organisation transposed the feelings of fascination submission towards the leader into a national scale; until then these feelings had concerned with the militants only. The communist party, the possessor of the supposed true and only thought, exerted its monopolistic power on the society which it was looking to unify around all its values and its historical project. In this goal, the leader should facilitate by his words and his symbolical omnipresence the unification of the social body. The worship of Lenin, inseparable from the search for legitimacy by the new power, and the first greatest soviet ritual, was envisioned as the encounter of the political ambition to strengthen the still fragile regime with some part of the culture before the revolution. The worship of Stalin, ideal pattern of the cult in the communist party, began to take shape from a charismatic image. The individuals, isolated by stalin's totalitarism, were bound to have a single point of reference : an infaillible leader

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe sous forme papier

Informations

  • Détails : 1 vol. (575 f.)
  • Notes : Publication autorisée par le jury

Où se trouve cette thèse\u00a0?

  • Bibliothèque : Bibliothèque Jean-Claude Colliard (Paris).
  • Consultable sur place dans l'établissement demandeur
  • Cote : D 90 ! 32
  • Bibliothèque : Bibliothèque Cujas de droit et de sciences économiques (Paris).
  • Accessible pour le PEB
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.