Etude de la variabilite genetique par electrophorese enzymatique des populations naturelles de diprion pini l. (hymenoptere diprionidae)

par LAURENCE BEAUDOIN

Thèse de doctorat en Sciences biologiques et fondamentales appliquées. Psychologie

Sous la direction de JEAN LEVIEUX.

Soutenue en 1990

à Orléans .

    mots clés mots clés


  • Résumé

    Diprion pini l. Est une tenthrede dont les larves causent des defeuillaisons brutales, breves et spectaculaires sur le pin sylvestre. En france, des populations bivoltines en plaine et univoltines en montagne cohabitent, toutes infeodees a des massifs forestiers plus ou moins distants. Les populations de montagne presentent des caracteres de diapause differents de celles de plaine. Pour tenter d'identifier des marqueurs refletant l'heterogeneite genetique des populations francaises de d. Pini et pour mieux cerner leur origine geographique, nous avons etudie, par electrophorese enzymatique sur gel de polyacrylamide, six populations naturelles: en plaine (romorantin, lorris, rambouillet); en montagne, dans les alpes (ceillac, 1600 m et font-christiane, 1400 m), et dans le massif central (sr just st rambert, 600 m). L'elevage de ces populations, mene colonie par colonie, permet de degager des donnees biologiques sur leur cycle, leur sex-ratio, leur mortalite, leur parasitisme et leur taux de diapause. L'etude du polymorphisme enzymatique porte sur six loci: trois loci esterasiques polymorphes, un locus malate deshydrogenase monomorphe et deux loci leucine amino-peptidase dont l'un est monomorphe, l'autre polymorphe. Les distances genetiques entre populations ne permettent pas de differencier, a priori, les populations de plaine et de montagne. Les populations se distinguent en deux sous-groupes: celles des alpes et de rambouillet de celles du centre de la france (lorris, romorantin et st just st rambert). L'existence de males heterozygotes diploides est revelee par l'analyse des esterases. Elle est confirmee par l'etude du poids et l'examen des ailes d'individus eleves en conditions de consanguinite stricte. La consanguinite se traduit par un pourcentage plus eleve d'individus diapausants (jusqu'a 90%) et une deviation de la sex-ratio en faveur des males. Ces resultats sont analyses sous l'angle de la conduite


  • Pas de résumé disponible.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe sous forme papier

Informations

  • Annexes : 133 REF

Où se trouve cette thèse ?

  • Bibliothèque : Université d'Orléans. Service commun de la documentation.Section Sciences.
  • Accessible pour le PEB
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.