Cortèges et manifestations à Lyon : 1848-1914

par Vincent Robert

Thèse de doctorat en Histoire

Sous la direction de Yves Lequin.

Soutenue en 1900

à Lyon 2 .


  • Résumé

    A l'epoque de la monarchie de juillet, les manifestations de rue etaient a la fois rares et severement reprimees, car mal distinguees de l'emeute , voire de l'insurrection. Dans les annees qui precederent la grande guerre, au contraire, elles apparaissent comme un moyen d'expression politique et sociale d'utilisation courante, parfaitement tolere par les autorites. La question se a l'epoque de la monarchie de juillet. Les manifestations de rue etaient a la fois rares et severement reprimes, car mal distinguees de l'emeute, voire de l'insurrection. Dans les annees qui precederent la grande guerre, au con-traire, elles apparaissent comme un moyen d'expression politique et sociale d'utilisation courante, parfaitement tolere par les autorites. La question se pose donc de savoir quand la manifestation de rue en est venue a faire partie du "repertoire de l'action collective". Menee a partir d'une recension aussi systematique que possible de toutes les manifestations politiques et syndicales qui se produisirent a lyon entre 1848 et 1914, la presente recherche montre que cette acclimatationest en fait extrepose donc de savoir quandia manifestation de rue en est venue a faire partie du "repertoire de l'action collective". Menee a partir d'une recension aussi systematique que possible de toutes les manifestations politiques et syndicales qui se produisirent a lyon entre 1848 et 1914, la presente recherche montre que cette acclimatationest en fait extremement tardive, puisqu'elle ne date que des premieres annees du vingtieme siecle. Auparavant, les corteges de manifestants ne sont pas absolument inconnus, mais ils ne se produisent que dans des circonstances exceptionnelles, quasi revolutionnaires (printemps 1848, annees 1869-71 ou bien tout premiers premier mai). Il a donc fallu chercher les origines de cette pratique dans d'aumement tardive, puisqu'elle ne date que des premieres annees du vingtieme siecle. Auparavant, les corteges de manifestants ne sont pas absolument inconnus, mais ils ne se produisent que dans des circonstances exceptionnelles, quasi revolutionnaires (printemps 1848, annees 1869-71 ou bien tout premiers premier mai). Il a donc fallu chercher les origines de cette pratique dans d'autres formes de corteges (corteges festifs, officiels, processions religieuses, et surtout convois funeraires) toujours toleres, et dont l'importance dans la vie publique des villes francaises du dix-neuvieme siecle devrait etre reevaluee. Tres formes de corteges (corteges festifs, officiels, processions religieuses, et surtout convois funeraires) toujours toleres, et dont l'importance dans la vie publique des villes francaises deu dix-meuvieme siecle devrait etre reevaluee.


  • Pas de résumé disponible.

Autre version

Cette thèse a donné lieu à une publication en 1996 par Presses universitaires de Lyon à Lyon

Les chemins de la manifestation, 1848-1914


Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe sous forme papier

Informations

  • Détails : 2 vol. (617 f. + annexes)
  • Notes : Publication autorisée par le jury
  • Annexes : Bibliogr. Notes bibliogr.

Où se trouve cette thèse ?

  • Bibliothèque :
  • Disponible pour le PEB
  • Cote : 1990 ROB (1-2)
  • Bibliothèque :
  • Non disponible pour le PEB
  • Cote : s-s
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.
Cette thèse a donné lieu à 1 publication .

Consulter en bibliothèque

Cette thèse a donné lieu à une publication en 1996 par Presses universitaires de Lyon à Lyon

Informations

  • Sous le titre : Les chemins de la manifestation, 1848-1914
  • Dans la collection : Collection du Centre Pierre Léon
  • Détails : 1 vol. (394 p.)
  • ISBN : 2-7297-0548-1
  • Annexes : Bibliogr. p. 379-385. Notes bibliogr. Index
La version de soutenance de cette thèse existe aussi sous forme papier.

Où se trouve cette thèse ?