Physiologie de Lactococcus lactis subsp. Lactis biovar diacetylactis CNRZ 125 en conditions non optimales

par Catherine Foucaud

Thèse de doctorat en Sciences. Ecologie microbienne

Sous la direction de Michel Desmazeaud.

Soutenue en 1990

à Lyon 1 .

Le jury était composé de Michel Desmazeaud.


  • Résumé

    La physiologie de la variete diacetylactis de la souche lactococcus lactis cnrz 125 a ete comparee a celle de lc. Lactis cnrz 141, plus frequemment etudiee et qui n'appartient pas a cette variete. Au cours de la privation nutritionnelle, la perte d'un constituant ou d'une fonction cellulaire ne peut etre associe a la perte de viabilite. La moindre activite autolytique des cellules de la souche cnrz 125 (viabilite, modifications morphologiques et de la composition chimique) incubees en solution tampon est a rapprocher de l'existence de chaines bacteriennes plus longues et de la presence d'une langue peripherique. La souche lc. Lactis cnrz 125 presente d'autres particularites physiologiques. Ainsi, la perte specifique d'un plasmide de 32,3 mda qui porte les genes associes au metabolisme du lactose et, en partie, au metabolisme du galactose, est propre a la souche cnrz 125 lorsque les cellules sont incubees en solution tampon apres culture en milieu complexe. De meme, au cous de la croissance (ph externe variant de 6,8 a 5,6), le ph interne de la souche cnrz 125 est plus stable que celui de la souche cnrz 141 (6,5 a 6,2 contre 7,5 a 6,8, respectivement) qui est, par contre, toujours plus alcalin que le milieu de culture


  • Pas de résumé disponible.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe sous forme papier

Informations

  • Détails : 1 vol. (136 f.-[9] f. de pl.)
  • Annexes : Bibliogr. f. 120-136

Où se trouve cette thèse ?

  • Bibliothèque : Université Claude Bernard (Villeurbanne, Rhône). Service commun de la documentation. BU Sciences.
  • Disponible pour le PEB
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.