Priape et Baubô : sur deux formes extrêmes de la sexualité chez les anciens

par Maurice Olender

Thèse de doctorat en Histoire

Sous la direction de Nicole Loraux.

Soutenue en 1990

à Paris, EHESS .


  • Résumé

    Connu surtout comme le dieu des jardins romains, priape a pu recouvrir des son apparition a l'aube hellenistique et jusqu'au sein du moyen age chretien, des realites tres differentes. Mais, dans les maigres cultures que le dieu est cense surveiller, rien, ou presque, ne pousse. Et, a l'image des miserables jardins de priape, la statue de celui-ci est taillee en un mediocre bois de figuier. Son sexe apparait alors comme un instrument aussi agressif qu'inefficace, un phallus qui ne produit ni la fecondite, ni meme une joie sterile. Baubo-lambe ne croise jamais priape. Mais bien des themes associent ces deux figures de l'exces chez les anciens : une sexualite anomique, la laideur, l'obscene, le rire et l'effroi.

  • Titre traduit

    Priapus and baubo


  • Résumé

    Priapus was an ithyphallic deity of ancient greece and rome. He is known mainly as the god of roman gardens. In guarding his little gardens, as well as in amorous adventures, he is often ineffactuel. Baubo figures in the myth of the anciens greek goddess demeter as the perpetrator of an obscene spectacle that causes the goddess to laugh and that marks the end of her long period of mourning. The "baubo of priens" merge the head, the belly, and the female sexual organ, with the genitale immediately below the mouth.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe sous forme papier

Informations

  • Notes : Publication autorisée par le jury

Où se trouve cette thèse ?

  • Bibliothèque :
  • Disponible pour le PEB
  • Cote : MSH TH 3880 (1-7)
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.