Rôle des organismes dans l'édification et l'évolution de l'atoll de Mururoa (Polynésie française)

par Christine Perrin

Thèse de doctorat en Terre, Océan, Espace. Géologie

Sous la direction de Bruce Harold. Purser.

Soutenue en 1989

à Paris 11 .


  • Résumé

    L’Atoll de Mururoa constitue, grâce à ses sondages carottés, un matériel de choix pour l’étude des modalités de l’édification récifale holocène et pléistocène. Les biofaciès, interprétés sur le plan paléoécologique et environnemental, en fonction de critères biologiques, sédimentologiques et diagénétiques, conduisent à distinguer quatre types de paléooenvironnements : le front récifal, la pente externe, le « platier » récital et l’arrière-récif. Dans les forages du lagon, l’évolution des paléoenvironnements témoigne de l’installation très progressive du lagon actuel après l’enfouissement du pointement volcanique sur lequel s’appuyait un petit édifice situé vraisemblablement en arrière d’une barrière récifale. A l’échelle du forage, les faciès, caractérisés par des peuplements autochtones d’arrière-récif, traduisent l’approfondissement général de l’ensemble. Sur la couronne septentrionale de l’atoll, l’édification récifale, sur les 200 mètres supérieurs de la série carbonatée, a été réalisée en cinq étapes majeures. Chacune d’entre elles est exprimée par la mise en place d’un corps récifal, qui correspond à l’accrétion effectuée durant un interglaciaire ou après la dernière glaciation. Dans chaque corps récifal, la croissance s’effectue en relation avec la montée relative du niveau de la mer, et se trouve limitée vers le haut par un arrêt de la transgression, suivi en général, par une régression. La baisse du niveau marin détermine l’installation d’un, nouveau récif en contrebas, reposant sur un substratum constitué par l’édifice antérieur. Sur sa bordure externe, l’atoll de Mururoa apparaît ainsi formé d’un système complexe de récifs frangeants, chacun d’entre eux enveloppant le corps récifal précédent, et servant de substratum à celui qui lui succède. Les parties inférieures de chaque corps récifal sont déterminées pas une croissance à dominance nettement verticale et une faible extension latérale. Au contraire, les parties supérieures des corps récifaux montrent une forte accrétion latérale et une croissance verticale réduite. Cette différenciation représente, vraisemblablement la réponse de la croissance récifale aux variations de la vitesse de remontée du niveau marin. Ainsi les stratégies de croissance définies à partir des récifs holocènes (Davies et Marshall, 1979) semblent s’appliquer aux édifices coralliens pléistocènes ou plus anciens.

  • Titre traduit

    Role of organisms in the construction and evolution of Mururoa atoll (french Polynesia)


  • Résumé

    Because of the many cored wells, the atoll of Murrow is an exceptionally favorable site for the study of Holocene and Pleistocene reef construction. Interpretation, based on a combination of biological, sediment logical and digenetic criteria lead to the definition of four major paleo environments: fore-reef slope, reef front, reef flat and back reef zones. In wells drilled in the present lagoon, the evolution of paleoenvironements express the progressive development of the lagoon following burial of a reef­ fringed volcanic peak. The sequence within these wells, characterised by autochtonous faunas and floras, indicates an overall deepening. Wells drilled on the peripheral islands reveal that the top 200 meters have been deposited in five major stages. Each phase begins with the installation of a reef which accretes upwards during a period of interglacial transgression. This growth is topped by a marked discontinuity often indicating emergence during a period of sea-levellowering. This lowering has resulted in the development of a new reef body situated lower on the outer surface of the preceeding edifice. Thus, the external morphology of Mururoa atoll comprises a series of fringing reefs, each enveloping the preceeding reef body. The internal structure of each reef body comprises an initial phase of vertical growth with only limited lateral accretion. The upper parts of each edifice, on the contrary, indicate marked lateral accretion. This differentiation probably expresses varying rates of sea-level rise. The growth strategies demonstrated by the Holocene reefs seem to apply and be of great aid in the understanding of Pleistocene or older reefs.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe sous forme papier

Informations

  • Détails : 1 vol. (301 p.)
  • Notes : Publication autorisée par le jury
  • Annexes : Bibliogr. p. 267-276

Où se trouve cette thèse ?

  • Bibliothèque : Université de Montpellier. Bibliothèque Géosciences.
  • Non disponible pour le PEB
  • Cote : PER
  • Bibliothèque : Université Paris-Sud (Orsay, Essonne). Service Commun de la Documentation. Section Sciences.
  • Disponible pour le PEB
  • Cote : 0g ORSAY(1989)309
  • Bibliothèque : Centre Technique du Livre de l'Enseignement supérieur (Marne-la-Vallée, Seine-et-Marne).
  • Disponible pour le PEB
  • Cote : TH2014-035583
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.