Étude des mécanismes de réactions entre systèmes lourds dans le domaine d'énergie 20-100 MeV/u

par Olivier Granier

Thèse de doctorat en Physique

Sous la direction de Christian Ngô.

Soutenue en 1989

à Paris 11 .


  • Résumé

    Les systèmes lourds subissent, à basse énergie de bombardement, des réactions profondément inélastiques. Le sujet de cette thèse est l'étude de l'évolution de ces réactions lorsque l'énergie de bombardement augmente au-delà de 20 MeV/u. Dans une première partie expérimentale, nous présentons les résultats inclusifs et en coïncidence des collisions Xe+Ag et Xe+Au à 23. 7 et 27 MeV/u. Les résultats inclusifs mettent en évidence des particules relaxées en énergie et en masse. Les mesures en coïncidence font apparaître un certain pourcentage d'événements à au moins trois corps dans la voie finale. Dans une deuxième partie théorique, une interprétation très simple et schématique est proposée pour ces résultats inclusifs ils proviendraient d'un mécanisme du type participants-spectateurs connu à plus haute énergie, dans lequel le champ moyen créé par l'ensemble des nucléons serait pris en compte. Par ailleurs, nous présentons un modèle permettant de décrire l'évolution des réactions profondément inélastiques vers des réactions plus violentes de multifragmentation, lorsque l'énergie de bombardement augmente. Dans une première phase, les deux ions en présence peuvent échanger des nucléons, tout en étant ralentis. Dans une deuxième phase, les ions atteignent un équilibre statistique par émission de prééquilibre. Enfin, un modèle de percolation site-lien, couplé à un modèle d'expansion hydrodynamique, permet de déterminer le pourcentage de multifragmentation obtenu en fin de réaction.

  • Titre traduit

    Study of reaction mechanisms for heavy systems in the 20-100 MeV/u energy range


  • Pas de résumé disponible.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe sous forme papier

Informations

  • Détails : 1 vol. (145 p.)
  • Notes : Publication autorisée par le jury
  • Annexes : Bibliogr. p. 143-145

Où se trouve cette thèse ?

  • Bibliothèque : Université Paris-Sud (Orsay, Essonne). Service Commun de la Documentation. Section Sciences.
  • Disponible pour le PEB
  • Cote : 0g ORSAY(1989)115
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.