Diversité des spermatozoides et compétition spermatique chez les Drosophila

par Dominique Joly

Thèse de doctorat en Sciences biologiques

Sous la direction de Daniel Lachaise.

Soutenue en 1989

à Paris 11 .


  • Résumé

    La théorie de l'évolution des sexes n'accorde, en général, aux gamètes mâles qu'une très faible probabilité de parenté. Il est suggéré ici que, chez les drosophiles, des spermatozoïdes peuvent avoir individuellement une plus ou moins grande assurance de paternité. Chez certaines Drosophila, la longueur du spermatozoïdes peut ne représenter que le 1/100ème de la longueur de la mouche alors que chez d'autres elle peut être jusqu'à 6 fois supérieure au corps de la drosophile. Dans le complexe mélanogaster, la longueur des spermatozoïdes est un caractère stable discriminant les espèces. En revanche, D. Teissieri (une espèce affine) conjugue exceptionnellement un dimorphisme intra-éjaculat des spermatozoïdes et une variation géographique de leur longueur le long d'un axe nord-ouest / sud-est africain. Avant d'aborder l'aspect fonctionnel, différentes hypothèses relatives à la genèse de ces morphes gamétiques sont discutées. Le stockage, chez la femelle, de ces différentes morphes de spermatozoïdes crée les conditions d'une compétition spermatique. L'éventuel avantage lié à chacun de ces spermatozoïdes de longueur différente est analysé grâce à une recherche de paternité, effectués chez D. Teissieri, à l'aide d'un marqueur enzymatique naturel. Ainsi, des "effets de couvée" très originaux montrent que la prédominance classique du second mâle peut être contestée par le premier mâle 1) s'il produit des spermatozoïdes plus long et 2) s'il est homogane avec la femelle. Le maintien de ces différents spermatozoïdes est expliqué par une hypothèse de sélection gamétique disruptive impliquant deux inséminations rapprochées : la bigamie de la femelle entretiendrait le dimorphisme intra-mâle des spermatozoïdes (les spermatozoïdes courts seraient favorisés en cas de monogamie et les longs en cas de bigamie). Une étude de deux caractères du système de fécondation (longueur des spermatozoïdes et structure des génitalias mâles), qui peuvent être considérés comme sensibles dans le processus de spéciation, montrent une co-variation géographique. Le maintien de cette différenciation est discutée dans un contexte historique. Finalement, le rôle et les implications de la longueur des spermatozoïdes (monomorphisme / dimorphisme) sont discutés en fonction du système d'accouplement adopté par la femelle (monogamie / bigamie).

  • Titre traduit

    Diversity and competition in drosophila sperm


  • Pas de résumé disponible.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe sous forme papier

Informations

  • Détails : 1 vol. (178 p.)
  • Notes : Publication autorisée par le jury
  • Annexes : Bibliogr p. 158-171

Où se trouve cette thèse ?

  • Bibliothèque : Université Paris-Sud (Orsay, Essonne). Service Commun de la Documentation. Section Sciences.
  • Disponible pour le PEB
  • Cote : 0g ORSAY(1989)57
  • Bibliothèque : Centre Technique du Livre de l'Enseignement supérieur (Marne-la-Vallée, Seine-et-Marne).
  • Disponible pour le PEB
  • Cote : TH2014-035329
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.