Chimiotaxonomie et organisation génétique dans le genre Musa

par Jean-Pierre Horry

Thèse de doctorat en Sciences appliquées. Agronomie

Sous la direction de Maurice Jay.

Soutenue en 1989

à Paris 11 .


  • Résumé

    Les bananiers cultivés sont supposés dériver de deux espèces particulières du genre Musa : M. Acuminata COLLA et M. Balbisiana COLLA. Une propagation végétative très ancienne a abouti à une très grande diversité des formes cultivées. Les données morphologiques et cytogénétiques n'ont pas permis d'éclaicir totalement l'organisation génétique et l'évolution des bananiers, sauvages et cultivés. Une approche chimiotaxonomique est entreprise : deux classes de marqueurs biochimiques, flavonoïdes et isozymes, sont utilisés pour analyser la diversification au sein du genre Musa. Le polymorphisme des flavonoïdes (anthocyanines et glycosides de flavonols) est examiné chez 80 variétés de bananiers et un schéma évolutif est dégagé. M. Acuminata et M. Balbisiana ont opté pour des métabolismes phénoliques distincts; les résultats observés montrent le haut niveau de différenciation de M. Acuminata et conduisent à une hiérarchisation évolutive des espèces et sous-espèces. L'étude des variétés cultivées suggère que la domestication a pu se répéter à différents niveaux évolutifs durant la différenciation de M. Acuminata. L'analyse de la diversité enzymatique chez 113 variétés sauvages et cultivées au travers de 8 locus polymorphes montre une grande divergence des espèces acuminata et M. Balbisiana. La diversité à l'intérieur de l'espèce M. Acuminata est élevée et sa structuration reflète une compartimentation vraisemblablement liée à un isolement reproductif partiel de nature géographique. Ces résultats concordent avec ceux obtenus par l'analyse du polymorphisme flavonique. La comparaison entre acuminata sauvages et cultivés révèle que la domestication s'est opérée sur une base génétique réduite. Les classifications obtenues au travers des deux types de marqueurs corroborent globalement les classifications morpho-physiologiques classiques. L'électrophorèse d'isozymes, appliquée aux bananiers, s'avère être un outil efficace et prometteur, tant dans le domaine des recherches en ressources génétiques que pour la classification et la sélection.

  • Titre traduit

    Chemotaxonomy and genetic organization in the genus musa


  • Résumé

    Edible bananas are supposed to be originated from the two species M. Acuminata COLLA and M. Balbisiana COLLA. A long vegetative propagation has led to a wide diversity among cultivated forms. The genetic organization and the evolution of the crop is not completely elucidated through morphological and cytogenetical data. A chemotaxonomic study is undertaken : diversification in the genus Musa is analyzed by the use of two biochemical markers, flavonoids and isozymes. The polymorphism of flavonoids (anthocyanins and flavonol glycosides) is examined among 80 varieties of bananas and leads to the proposal of an evolutionary scheme. M. Acuminata and M. Balbisiana have choosen two distinct phenolic pathways. Observed results point out the high level of differentiation of acuminata species, and leads to recognize an evolutive hierarchical organization. The analysis of cultivars suggests that domestication did occur at several evolutive stages during differentiation of M. Acuminata. The analysis of enzyme diversity among 113 wild types and cultivars, through 8 polymorphie loci, displays the great divergence between M. Acuminata and M. Balbisiana species. The diversity within M. Acuminata species is high and the observed structure reveals a compartimentalization in all likelihood related to geographical isolation. These results are in good agreement with those obtained through flavonoid polymorphism. Comparison between wild acuminata and cultivars shows that domestication did act on a reduced genetic basis. Classifications obtained through the two kinds of markers globally corroborate previous classifications based on morphophysiological data. Isozyme electrophoresis applied to bananas turns out to be an efficient and promising tool, as well in genetic resources investigations as for classification and breeding.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe sous forme papier

Informations

  • Détails : 1 vol (105 p.-[69] p.)
  • Notes : Publication autorisée par le jury
  • Annexes : Bibliogr. p. 99-105

Où se trouve cette thèse ?

  • Bibliothèque : Université Paris-Sud (Orsay, Essonne). Service Commun de la Documentation. Section Sciences.
  • Disponible pour le PEB
  • Cote : 0g ORSAY(1989)10
  • Bibliothèque : Centre Technique du Livre de l'Enseignement supérieur (Marne-la-Vallée, Seine-et-Marne).
  • Disponible pour le PEB
  • Cote : TH2014-035282
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.