L'influence des interventions étrangères sur la structure communautaire au Liban : de la perméabilité endémique du système à l'atomisation de la société : 1982-1985

par Haissam Helou

Thèse de doctorat en Science politique

Sous la direction de Hugues Portelli.

Soutenue en 1989

à Paris 10 .


  • Résumé

    Sur une aire geographique de 10 000km2 vivent 17 communautes religieuses qui se distinguent les unes des autres et par leur origine et par leur origine et par leur culture. Cette cohabitation des minorites (puisqu'aucun groupe ne depasse les 30% du total de la population) s'inscrit dans le cadre de ce qu'une ecole socio-juridique libanaise appelle le systeme consociatif. Cependant pour qu'il soit viable, ce dernier doit necessairement etre caracterise par la neutralite. Or, celle-ci a vole en eclats a cause d'une mauvaise interpretation du modele. Une seule communaute, les maronites, s'est accaparee de la quasi totalite des renes du pouvoir. Aussi, les autres groupes, notamment les musulmans, n'ont cesse de reclamer un partage equitable des charges etatiques. D'ou la peur des uns, les chretiens, et la frustation des autres, les musulmans. C'est dans ce contexte-la que va apparaitre le phenomene osmotique d'interventions etrangeres: d'une part, les communautes libanaises, pour se sauvegarder, font appel a des puissances ou a des organisations exterieures; d'autre part, ces dernieres, profitant de l'hiatus creuse par les divergences internes, s'immiscent, a travers des ingerences multiformes, dans les affaires interieures libanaises afin de disposer d'un pied a terre leur permettant de s'assurer des interets vitaux auxquels elles aspirent sans cesse. Cette influence etrangere a completement atomise la societe politico-civile libanaise du fait de la gravitation des communautes dans differentes orbites. Ce processus, qui a jalonne l'histoire du liban, a atteint son paroxysme au cours de la periode 1982-1985


  • Résumé

    On a small geographical area of 10 000km2 live more than 17 different religious sects that differ from each other in their origin and in their beliefs. The coexistence among minorities (theres is not one group that exceed 30% of the whole lebanese population) proceed within the framework of what has been labeled by the socio-juristic lebanese school as the consociational system. For such a system to survive, it should be characterized by neutrality. In fact,neutralism has never been the basis of the system, due to misunderstanding of the consociational system. One religious sect,the maronites, has monopolized the major government offices. The other religious sects, specially the moslems,went as far as asking for equal participation in the government. This has created fear among the christians and frustration among the moslems. In this context, appears the omos phenomenon of foreign interventions: on one hand, the lebanese religious sects request help from the foreign forces in order to acquire protection; on the other, the foreign countries and organisations take full advantage of the internal dissension and intervene in different ways in the country's internal affairs in the aim to set foot and obtain the vital interests that they are always eager to possess. The external effects have atomized the lebanese polotico-civil society, because of the rotation of the religious sects around different orbits. This state of affairs has reached its paroxysm during the period 1982-85

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe sous forme papier

Informations

  • Détails : iv,487 f

Où se trouve cette thèse ?

  • Bibliothèque : Université Paris Nanterre. Service commun de la documentation.
  • Accessible pour le PEB
  • Bibliothèque : Université Paris Nanterre. Service commun de la documentation.
  • Disponible pour le PEB
  • Cote : 32C
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.