L'évolution de la prise en charge des mères célibataires et de leurs enfants en Angleterre : dix neuvième et vingtième siècles

par Martine Spensky

Thèse de doctorat en Sociologie

Sous la direction de Maurice Goldring.

Soutenue en 1988

à Paris 8 .

    mots clés mots clés


  • Résumé

    Depuis la creation des institutions pour meres celibataires, la maternite celibataire est traitee comme la delinquance feminine "par excellence". La forme que prend la prise en charge depend de la definition de la faute et de la personne -ou de la situation- qui en est responsa- ble. L'institution est le lieu de l'expiation, de la reeducation, de la delivrance ou du soin, selon les epoques et l'etat des sciences humaines dont s'inspire le travail social, de meme que son ancetre, la philan- thropie. La mere est une "putain", une faible d'esprit, un agent degene rateur de la "race", un cas pathogene ou, aujourd'hui, une marginale sociale. Que ce soit pour la punir, la proteger, proteger la societe ou la soigner, que ce soit encore pour prevenir la delinquance ou freiner la mortalite infantile, c'est sur elle qu'intervient le "traitement". Le lieu de l'intervention est l'institution maternelle. Depuis sa crea- tion, elle a pour ambition de transformer la personne. Elle ne se veut pas simplement lieu d'hebergement, mais lieu d'apprentissage, de modifi- cation du comportement et de l'ethique de vie. Les diverses reponses institutionnelles dont les objectifs sont differents, visent pourtant principalement a la transformation du "materiau femme". Dans chaque cas le processus de transformation s'effectuera par des techniques distinctes

  • Titre traduit

    ˜The œevolution of residential provision for unmarried mothers and their children : nineteenth and twentieth centuries


  • Résumé

    From the time the institutions for unmarried mothers were created, illigitimate pregnancy has been treated as femele delinquency "par excellence". The type of residential provision provided for unmarried mothers depends on the definition of the fault and on who what is considered responsible for it. The home is a place of atonement, of selfimprovement, confinement or of medical care according to the period and the state of the social sciences which inspire social work and philanthropy. The unmarried mother is a "whore", a mental deficient, the agen of degeneration of the "race", a pathological case or a social deviant; whether the objective is to punish her, to protect her, to protect society, whether it is to cure her, to prevent delinquency or infantile mortality, she is the recipient of the "treatment" the "treatment" takes place in the home for unmarried mothers. Since it was created, its ambition has been to "process" the woman. It is not simply a home for the homeless, but a place where the woman is taught how to be a mother, how to modify her behaviour and aquire a new ethic of life. The various residential answers to unmarried motherhood, even though their objectives might be different, all aim primarily at the transformation of "female raw material". In each case, the processing will be realized through the means

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe sous forme papier

Informations

  • Détails : 2 vol. (539 f.)
  • Notes : Publication autorisée par le jury

Où se trouve cette thèse ?

  • Bibliothèque : Université Paris 8-Vincennes Saint-Denis (Sciences humaines et sociales-Arts-Lettres-Droit). Service Commun de la Documentation. (Saint-Denis) .
  • Consultable sur place dans l'établissement demandeur
  • Cote : TH 109
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.