La logique culturelle, politique et institutionnelles de l'appropriation du sol à Kinshasa (République du Zaïre) : une problématique des pratiques foncières locales dans la production et la reproduction de l'espace urbain

par Antoine Kindoki

Thèse de doctorat en Géographie

Sous la direction de Régine Bonnardel.

Soutenue en 1988

à Paris 8 .

    mots clés mots clés


  • Résumé

    L'un des phenomenes majeurs de vingt dernieres annees en Afrique a ete et reste la naissances des quartiers peripheriques dans les villes a cause des pratiques foncieres. En fait, on releve un decalage entre les lois foncieres et les pratiques foncieres. Par le sujet tel qu'il est presente, nous avons voulu montrer d'une part qu'il y a une logique culturelle qui fait que les chefs coutumiers, chefs de terre se sentent justifies dans leurs actions qui consistent a se reapproprier les terres de "leurs ancetres" qui avaient ete "confisquees" par l'etat colonial et post-colonial. Et d'autre part, une logique politique et institutionnelle qui fait que l'etat en tant que garant de l'unite et de l'ordre a l'echelle nationale marque sa presence en nationalisant les terres. Elles sont devenues par le fait meme "proprietes exclusives, inalienables et imprescriptibles" de l'etat. Notons que l'enjeu culturel, politique et institutionnel, par le jeu de dependance, montre que l'etat n'a pas le monopole foncier. Nous avons donc conclu que, a l'echelle nationale les institutions devraient etre respectees et les lois foncieres et appliquees integralement mais que dans leur conception l'etat puisse tenir compte des situations reelles a l'echelle locale.


  • Résumé

    One of the major phenomena in the last twenty years in Africa has been and remains the appearance of outlying districts in cities because of real estate practices. There is a gap between real estate legislation and practice. This study shows on the one hand that there is a cultural logic which allows chiefs to justify the reappropriation of the property of "their ancestors" which had been confiscated by the colonial and postcolonial state. On the other hand, there is a political and institutional logic through which the state, as guarantor of national unity and order, marks its presence by nationalization of property. By this fact, land becomes the "exclusive, inalienable and imprescrptible property" of the state. However, because of the dependence between cultural, political and institutional realities, the state does not have a monopoly on real estate. The conclusion is that on the national level, institutions should be respected and rea estate laws should be fully applied, but that in thier conception the state take into account local realities.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe sous forme papier

Informations

  • Détails : 1 vol. (553 f.)
  • Notes : Thèse non reproduite

Où se trouve cette thèse ?

  • Bibliothèque : Bibliothèque de Recherches Africaines (Paris).
  • Non disponible pour le PEB
  • Cote : TAJ 136
  • Bibliothèque : Université Paris 8-Vincennes Saint-Denis (Sciences humaines et sociales-Arts-Lettres-Droit). Service Commun de la Documentation. (Saint-Denis) .
  • Consultable sur place dans l'établissement demandeur
  • Cote : TH 103
  • Bibliothèque : Université Paris 8-Vincennes Saint-Denis (Sciences humaines et sociales-Arts-Lettres-Droit). Service Commun de la Documentation. (Saint-Denis) .
  • Non disponible pour le PEB
  • Cote : TH 103BIS
  • Bibliothèque : Université Paris 8-Vincennes Saint-Denis (Sciences humaines et sociales-Arts-Lettres-Droit). Service Commun de la Documentation. (Saint-Denis) .
  • Consultable sur place dans l'établissement demandeur
  • Cote : TH 103 TER
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.