Etude de la reponse des lymphocytes t cytotoxiques chez la souris contre le virus leucemogene murin de gross, chez l'homme contre le virus d'immunodeficience humaine (vih)

par PIERRE LANGLADE DEMOYEN

Thèse de doctorat en Sciences biologiques et fondamentales appliquées. Psychologie

Sous la direction de P.A. CAZENAVE.

Soutenue en 1989

à Paris 6 .

    mots clés mots clés


  • Résumé

    A) cette etude a permis de definir au niveau moleculaire les antigenes reconnus par les lymphocytes t cytotoxiques (ctl) specifiques du gross mulv. Les cellules cibles furent construites par une double transfection des cellules l de souris (h-2#k) par des genes h-2 puis par des genes viraux clones. Nos resultats montrent que les produits des genes gyag et env sont reconnus par des ctl specifiques du mulv de gross et que l'intensite de la reaction immunitaire contre chacun des antigenes viraux varie selon le genotype de la souris repondeuse. De plus, l'antigenicite de la proteine de surface cellulaire codee par les genes de l'enveloppe ou de gag varie suivant les antigenes h-2 avec lesquels la proteine virale est associee. D'autre part, les cellules transfectees exprimant un seul gene viral sont immunogenes in vivo et engendrent la resistance contre la greffe subsequente de la tumeur viro-induite. De plus, la specificite et l'intensite de la lyse dues au fait des ctl sont dirigees par des genes en dehors du h-2. B) les lymphocytes t cytotoxiques (ctl) du virus d'immunofeficience humaine (vih), en tuant les cellules infectees par le virus apparaissent etre tres importants en permettant d'expliquer la resistance contre le vih des patients infectes. Des ctl circulants, specifiques des produits du gene de l'enveloppe (env), ont ete quantifies. Il existe une frequence tres forte de ctl specifiques du vih dans le sang peripherique des patients infectes. Apres une courte periode de culture en presence de l'antigene de l'enveloppe, le nombre de ctl specifiques du vih augmente, suggerant la forte immunogenicite de l'enveloppe du vih. Ces cellules lytiques sont des ctl classiques, expriment les marqueurs cd3, cd8 et d44 et sont restreintes par les antigenes du complexe majeur d'histocompatibilite hla de classe i. Les patients infectes possedent aussi des ctl specifiques circulants diriges contre les produits


  • Pas de résumé disponible.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe sous forme papier

Informations

  • Annexes : 741 REF

Où se trouve cette thèse ?

  • Bibliothèque : Université Pierre et Marie Curie. Bibliothèque Universitaire Pierre et Marie Curie. Section Biologie-Chimie-Physique Recherche.
  • Accessible pour le PEB
  • Bibliothèque : Centre Technique du Livre de l'Enseignement supérieur (Marne-la-Vallée, Seine-et-Marne).
  • Disponible pour le PEB
  • Cote : PMC RT P6 1989
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.