Champs géothermiques et zéolitisation des îles Kerguelen : implications géologiques (Terres australes et antarctiques françaises, océan indien austral)

par Olivier Verdier

Thèse de doctorat en Terre, océan, espace

Sous la direction de André Giret.

Soutenue en 1989

à Paris 6 .


  • Résumé

    L'histoire géologique des îles Kerguelen débute il y a 50 M. A. Sur la ride est-indienne et se poursuit actuellement en position intraplaque océanique. Elle est caractérisée par la permanence et l'importance de son activité magmatique. Toutefois l'activité actuelle est résiduelle et limitée au champ fumerollien situé dans la péninsule Rallier du Baty. En revanche, les témoins de l'activité géothermique passée sont très nombreux. Les empilements basaltiques renferment une grande quantité de minéraux hydrothermaux, en particulier des zéolites. Leurs évolutions chimiques prouvent leur origine hydrothermale dans un environnement basaltique saturé en silice. La distribution géographique de ces minéraux fait apparaitre une zoneographie nette. La zéolitisation s'est surimposée à la géologie de l'archipel et en particulier des basaltes dont le pendage est de 5 est-sud est, alors que pour les surfaces isothermes de cette zoneographie, il est de 2 à 4 vers l'est. Elle concerne une épaisseur de 2000 m, divisée en 5 zones échelonnées dans une gamme de températures de 40 à 200°C pour une superficie d'au moins 20. 000 km2, datée entre 19 et 13 M. A. Les relations entre la zéolitisation et les complexes plutoniques montrent l'indépendance des deux phénomènes. La géométrie de cette zoneographie hydrothermale implique une origine régionale probablement due à des modifications physico-chimiques du manteau supérieur. Le champ zéolitisé des îles Kerguelen apparait comme un des plus importants exemples de ce type dans le monde, comparable avec ceux de l'Islande, des trapps du Deccan en Inde, et du bassin de Parana au Brésil


  • Pas de résumé disponible.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe sous forme papier

Informations

  • Détails : 271 p.
  • Annexes : 171 réf. bibliogr.

Où se trouve cette thèse ?

  • Bibliothèque : Université Pierre et Marie Curie. Bibliothèque Universitaire Pierre et Marie Curie. Section Sciences de la Terre Recherche - cartothèque - CADIST.
  • Accessible pour le PEB
  • Bibliothèque : Muséum national d'histoire naturelle. Bibliothèque centrale.
  • Disponible pour le PEB
  • Cote : ANT L 10581
  • Bibliothèque : Centre Technique du Livre de l'Enseignement supérieur (Marne-la-Vallée, Seine-et-Marne).
  • Disponible pour le PEB
  • Cote : PMC RT P6 1989

Cette version existe également sous forme de microfiche :

  • Bibliothèque : Université Pierre et Marie Curie. Bibliothèque Universitaire Pierre et Marie Curie. Section Sciences de la Terre Recherche - cartothèque - CADIST.
  • Disponible pour le PEB
  • Cote : 89 PA06 6503
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.