Caracterisation des catalyseurs rhodium-zeolithes par thermoreactions programmees, rmn-#1h et rmn6#1#2#9xe

par PIERRE-JEAN LEVY

Thèse de doctorat en Chimie

Sous la direction de Jacques Fraissard.

Soutenue en 1989

à Paris 6 .

    mots clés mots clés


  • Résumé

    Par impregnation et echange cationique, trois catalyseurs au rhodium ont ete prepares en utilisant les trois supports suivants: silice, zeolithes de type faujasite, et de type mordenite. La calcination, la reduction et la desorption sont suivies par thermoreactions programmees. L'influence du support est mise en evidence par la temperature du maximum du profil de reduction qui est comprise entre 150 et 200c; mais celle-ci depend aussi de la temperature de calcination. La thermo-autoreduction programmee des trois echantillons a permis de suivre la decomposition du complexe metallique echange rh#i#i#i(nh#3)#5cl#2#+: entre 300 et 400c, le depart de cl#2 est observe; entre 470 et 570c selon le support l'ammoniac se decompose en h#2 et n#2. Sur chaque profil de reduction, un signal de desorption est observable a cette derniere temperature et est justifie par la decomposition d'une espece residuelle de ce complexe, ont la concentration augmente lorsque la temperature de calcination diminue. L'etude de la dispersion par chimisorption selective de l'hydrogene montre que celle-ci diminue lorsque la temperature de reduction augmente; trois valeurs principales de la dispersion (0,85/0,50/0,26 sur nay) sont ainsi obtenues et verifiees par microscopie electronique en transmission. Quatre modeles de structure ont ete discutes en fonction de la taille et ont permis d'etablir une relation entre les deux techniques de mesure, chimisorption de h#2 et microscopie. Enfin, l'echantillon autoreduit de rh/nay presente environ 20% d'especes metalliques non reduites. La rmn-#1h de l'hydrogene chimisorbe permet de confirmer la taille des particules (essentiellement pour les plus petites). Parfois, un signal tres deplace vers les champs forts met aussi en evidence la presence d'especes non reduites et paramagnetiques. Ces fortes valeurs du deplacement chimique ne peuvent en effet etre interpretees que par une polarisation de spin de la liaison rh-h. Sans pouvoir determiner la nature de ces sites, les spectres rpe confirment l'existence de ces derniers. La rmn du xenon 129 est aussi tres sensible a la taille des particules de rhodium. Elle peut etre consideree comme l'etalonnage d'une nouvelle technique de calcul de la dispersion d: (xe) sur rh/nay pour s'exprimer par une fonction lineaire de la forme: d=. (xe)+. La rmn #1#2#9xe permet d'affirmer que le metal se trouve, au moins en grande partie, a l'interieur de la structure de la mordenite


  • Pas de résumé disponible.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe sous forme papier

Informations

  • Annexes : 278 REF

Où se trouve cette thèse ?

  • Bibliothèque : Université Pierre et Marie Curie. Bibliothèque Universitaire Pierre et Marie Curie. Section Biologie-Chimie-Physique Recherche.
  • Accessible pour le PEB
  • Bibliothèque : Centre Technique du Livre de l'Enseignement supérieur (Marne-la-Vallée, Seine-et-Marne).
  • Disponible pour le PEB
  • Cote : PMC RT P6 1989
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.