Les Pygmées Aka et Baka : contribution de l'ethnolinguistique à l'histoire des populations forestières d'Afrique Centrale

par Serge Bahuchet

Thèse de doctorat en Ethnolinguistique

Soutenue en 1989

à Paris 5 .

    mots clés mots clés


  • Résumé

    Quelles sont les relations culturelles qui existent entre deux populations pygmees de langues differentes, les baka du cameroun (oubanguien) et les aka de r. C. A. (bantou)? la demarche est ethnolinguistique, c'est-a-dire que l'on utilise comme mater iau le langage et ce qu'il vehicule. Un vocabulaire tres large, constituant des ensembles thematiques, est explore: elements du milieu naturel, plantes et animaux, techniques, societe, religion et musique. Il en resulte que les aka et les baka sont tous deux issus de la meme ethnie pygmee que nous avons nommee baakaa, et ils se sont scindes au moment de leur prise de contact avec des bantous c10 d'une part, des oubanguiens du groupe gbanzili-sere de l'autre. Afin de bien determiner les facteurs de changement, nous recherchons les conditions qui ont provoque la "mutation" linguistique de ces pygmees. Aussi les langues apparentees sont-elles prises en compte. On montre alors que l'association entre ces societes s'effectua sur des fondements religieux, nes a la fois de la difference d'apparence et de la specialisation forestiere des pygmees, qui transparait tres nettement dans le vocabulaire commun. Avant de rencontrer les villageois, les baakaa etaient deja des chasseurs-cueilleurs specialises dans la foret. L'analyse lexicale et la comparaison ethnographique permettent de surcroit de determinerles phenomenes d'emprunt et de transfert entre societes economiquement differentes. On apporte ainsi une contribution aux problemes plus generaux des mecanismes de l'evolution du lexique. Le second point d'importance reside dans les traces d'une origine de l'est du bassin congolais des pygmees baakaa.


  • Résumé

    With an ethnolinguistical approach i question the cultural relationship between two pygmy groups with different languages, baka from cameroon (oubanguian speaking community) and aka from c. A. R. (bantu). By using a very wide vocabulary thematicaly arranged (nature, plants, animals, techniques, society, religion, music) i am able to show the common origin of both aka and baka from a unique ethnic group nammed baakaa. They separate while encoutering bantu c10 villagers (for the aka) and oubanguian villagers (from gbanzili-sere subgroup). By taking into account vocabularies from rel-ated languages spoken by non-pygmy groups, i look for the conditions of pygmy linguistical "mutation" : the association between these societies was based upon religious conceptions, due to both differences in appearance and forest specialization of the pygmies, obvious through the common vocabulary. Before their association with villagers, baakaa pygmies were already forest hunter-gatherers. Lexical analysis and ethnographical comparisons give data to examine phenomenons of borrowing and transfer between differing societis, thus contributing to the more general problems of lexical evolution. The secon important point resids in the lexical marks of an origin from eastern congo basin for the baakaa pygmies.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe sous forme papier

Informations

  • Détails : 766 f.
  • Notes : Publication autorisée par le jury
  • Annexes : Bibliogr. pp. 681-700.

Où se trouve cette thèse ?

  • Bibliothèque : Université Paris Descartes - Bibliothèque de Sciences Humaines et Sociales Descartes - CNRS (Paris). Service commun de la documentation.
  • Consultable sur place dans l'établissement demandeur
  • Bibliothèque : Musée de l'homme. Bibliothèque spécialisée.
  • PEB soumis à condition
  • Cote : M 1235
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.