Le parler des femmes en Algérie

par Nadjiba Kebir

Thèse de doctorat en Linguistique

Sous la direction de Louis-Jean Calvet.

Soutenue en 1989

à Paris 5 .


  • Résumé

    Si le comportement linguistique est intimement lié au comportement social, l'enquête menée nous révèle une société algérienne ou hommes et femmes sont nettement sépares avec une répartition traditionnelle des sujets de conversation en fonction des rôles repartis socialement a chacun d'eux. L’enquête menée auprès des femmes nous révèle l'importance du statut matrimonial et l'existence d'un barrage linguistique entre célibataires et mariées. Les mariées ont un comportement totalement antiféministe envers les femmes qui n'ont pas leur statut matrimonial. En effet, la majorité d'entre-elles décrivent la célibataire comme un être limite, immature et sans expérience. Raisons pour lesquelles elles refusent d'aborder avec elles certains sujets tels que le mariage ou la sexualité. Ce refus exprime la peur qu'elles ont de voir les célibataires passer de l'acte "linguistique" à l'acte physique. Ces femmes ayant été élevées dans le culte de la virginité, une fois mariées, ont tendance à vouloir reproduire leur propre aliénation sur les célibataires. Elles sont convaincues que le mariage, c'est à dire l'appartenance à un homme, leur confère une supériorité sur les célibataires auxquelles elles refusent la liberté d'expression. Elles se refusent aussi toute liberté d'expression avec l'homme, considérée comme un manque de respect. Heureusement que d'autres femmes, même si elles sont minoritaires, n'accordent aucune importance au statut matrimonial et se considèrent les égales de l'homme, ne serait-ce que sur le plan linguistique.

  • Titre traduit

    Women's speech in Algeria


  • Résumé

    If linguistic behavior is linked to social behavior, this research shows us Algeria as a society where men and women are clearly separated, with a traditional distribution of conversational topics in relation with the social roles to each one of them. This research which has been conducted among women shows us the importance of the matrimonial status as well as the existence of a linguistic barrier between unmarried and married women. Married women have a thoroughly anti-feminist behavior as far as unmarried women are concerned. In effect, the majority describe the unmarried women as limited intellectually, immature and without experience. For these reasons they refuse to talk with them about certain subjects such as marriage and sexuality. This refusal expresses their fear to see the unmarried women move from the "linguistic" act to the physical one. One married, these women having been brought up in the cult of virginity have the tendancy to reproduce their own alienation on the unmarried women. They are convinced that marriage, i. E belonging to a man, confers upon them a superiority over unmarried women to whom they refuse freedom to speech which they refuse themselves with men, because it is considered offensive. However, there are other women who, even if they are a minority, give no importance to the matrimonial status and consider themselves equal to man, if only on the linguistic level.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe sous forme papier

Informations

  • Détails : 1 vol. (327 f.)
  • Notes : Thèse non corrigée
  • Annexes : Bibliogr. f. 314-323

Où se trouve cette thèse ?

  • Bibliothèque : Université Paris Descartes - Bibliothèque de Sciences Humaines et Sociales Descartes - CNRS (Paris). Service commun de la documentation.
  • Consultable sur place dans l'établissement demandeur
  • Bibliothèque : Centre Technique du Livre de l'Enseignement supérieur (Marne-la-Vallée, Seine-et-Marne).
  • Disponible pour le PEB
  • Cote : I 4= 14604
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.