Société et roman policier dans l’Angleterre victorienne et édouardienne

par Sylvia Bouby

Thèse de doctorat en Histoire

Sous la direction de François Crouzet.

Soutenue en 1989

à Paris 4 .


  • Résumé

    Véritable phénomène culturel dès son apparition, le roman policier anglais s'attache à décrire les mentalités et les valeurs dominantes de la société anglaise de la fin du XIXème siècle. Les règles du récit furent définies dès 1868 par le roman de Wilkie Collins "La pierre de lune" et le genre se structure définitivement avec Arthur Conan Doyle qui crée en 1887 le personnage du détective Sherlock Holmes. Les romans policiers anglais, écrits entre 1868 et 1914, situent le crime non pas parmi la pègre mais dans les classes sociales supérieures, et principalement les classes moyennes londoniennes. En fait, ces groupes symbolisent pleinement les incertitudes nées des transformations accélérées du monde au cours du XIXème siècle et montrent quelles réponses ils sauront y apporter. La révolution industrielle a, en effet, fait éclater les cadres antérieurs et a bouleversé beaucoup d'aspects de la vie. Dans la littérature policière le crime traduit une appréhension générale mais diffuse face au progrès et se traduit en des termes nouveaux. Menace universelle et omniprésente, le mal moderne est vaincu par un individu solitaire issu de la middle-class, le détective privé, nouveau héros de la littérature victorienne et édouardienne. Le roman policier anglais, malgré une intrigue macabre, défend une vision résolument optimiste du système et du genre de vie anglais en ce début du vingtième siècle.

  • Titre traduit

    Society and detective novel in Victorian and Edwardian England


  • Résumé

    A cultural phenomenon from the beginning, the English detective novel describes English society's mental representations and main ideals at the end of the nineteenth century. This new literary form was defined by Wilkie Collins' "The moonstone" written in 1868 and definitively settled by Arthur Conan Doyle’s character, Sherlock Holmes. In the English detective novels published from 1868 to 1914, crimes are not committed by the underworld but by upper-classes members, especially upper and middle-middle classes Londoners. In fact these specific groups embody the unsettled feelings toward a very quickly changing world and the answers which they were able to bring. The industrial revolution destroyed old-established references and overthrew many aspects of social and private life. Crime in fiction indicates a general but indefinite fear in front of progress and evolution and is featured in new terms. Modern times evil threatens everybody and is overcome by a lone middle-class man, the private detective, the new hero of late-Victorian and Edwardian literature. English detective novels, in spite of their deadly stories, give a rather optimistic view of the English principles, aims and way of life at the beginning of the twentieth century.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe sous forme papier

Informations

  • Notes : Publication autorisée par le jury

Où se trouve cette thèse\u00a0?

  • Bibliothèque : Sorbonne Université. Bibliothèque de Sorbonne Université. Bibliothèque Serpente.
  • Consultable sur place dans l'établissement demandeur
  • Cote : BUT 1753

Cette version existe également sous forme de microfiche :

  • Bibliothèque : Bibliothèque interuniversitaire de la Sorbonne. Fonds général.
  • Non disponible pour le PEB
  • Cote : TMC 3884
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.