Du versus au conduit : contribution à l'étude du chant versifié latin des Xe et XIe siècles

par Nicole Sevestre

Thèse de doctorat en Musicologie

Sous la direction de Anne Prache.

Soutenue en 1989

à Paris 4 .


  • Résumé

    Le versus, forme du chant latin des Xe et XIe siècles, est une création poétique et musicale largement autonome. L'auteur réalise un inventaire des sources, analyse le phénomène, étudie la terminologie, classe les divers répertoires et fixe le cadre sociologique dans le monde de l'école médiévale. Ensuite, elle analyse le corpus, en une étude comparée avec les sources anciennes les plus authentiques. Intervalles, intonations, cadences et modalité sont précisés. En troisième partie, on expose les particularités du vers chante (rôle de la césure et de la rime, possibilités formelles, effets de la reprise et du refrain plus ou moins organise), et son antinomie irréductible envers la sequentia (forme de prose). Le quatrième point est une étude du vers dans sa fonction rythmique: effets de l'accent latin, ars rithmica, nombre musical et rhétorique du discours musical. Enfin, l'auteur présente la fonction rituelle. Resitué dans la procession, associé à la station liturgique, le conduit apparait dans la liturgie du temps pascal (rameaux et semaine sainte) comme parfaitement fonctionnel. Enfin, on rappelle les quelques témoignages attestés d'un véritable tripudium ecclésiastique. Forme libre, le versus, par sa fonction le plus souvent extra-liturgique, constitue un des aspects les plus originaux et les moins bien connus du chant latin médiéval. Voisin de l'hymne de procession, mais distinct d'elle, il devait participer à la polyphonie débutante, dans son type le plus nouveau, le conduit. Vol. II, corpus de 100 pièces ; vol. III, anthologie des vers neumes.

  • Titre traduit

    From versus to conductus : a contribution to the study of Latin song in verse during the Xth and XIth centuries


  • Résumé

    One of the most interesting forms of monophonic Latin songs in the early middle ages are the versus: they are independent creations, new compositions, truly opposite to the tropes or sequences. The author presents an inventory of 47 manuscripts, realizes their description and perform an historical study. Then, she analyses the types of melody, comparing them with the most ancient liturgical sources, in confrontation also with the teaching of medieval music-theory. A next point studies the triple function of the versus: verse, like the verse of "troubadours", it exploits the same formal possibilities (oda continua, refrain, rondellus,. . . ); rhythmus it is motus vocum, ars rhetorica; conductus, it can serve for accompanying the processions (principally during the triduum paschal). It is a free form, largely extra liturgical one and it will become a great participant of the future polyphony. Two added volumes give anthologies of pieces (vol. 2, a large account of 100 transcriptions used for the analysis; vol. 3, a corpus versuum of 79 songs with neums)

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe sous forme papier

Informations

  • Détails : 3 vol. (311, 292, 215 f.)
  • Notes : Publication autorisée par le jury

Où se trouve cette thèse ?

  • Bibliothèque : Université de Paris-Sorbonne Paris 4. Service commun de la documentation. Bibliothèque Serpente.
  • Consultable sur place dans l'établissement demandeur
  • Cote : BUT 1670
  • Bibliothèque : Bibliothèque interuniversitaire de la Sorbonne (Paris).
  • Non disponible pour le PEB
  • Cote : TMC 4362
  • Bibliothèque : Centre Technique du Livre de l'Enseignement supérieur (Marne-la-Vallée, Seine-et-Marne).
  • Disponible pour le PEB
  • Cote : I 4= 14547-<1 À 3>

Cette version existe également sous forme de microfiche :

  • Bibliothèque : Bibliothèque nationale et universitaire de Strasbourg.
  • Non disponible pour le PEB
  • Cote : TH.MF.PA4.LETT.1989
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.