L'institution militaire et le pouvoir dans les pays progressites africains : Bénin, Congo et Ghana

par Julien Naiko

Thèse de doctorat en Science Politique

Sous la direction de Jean-Pierre Cot.

Soutenue en 1989

à Paris 1 .

    mots clés mots clés


  • Résumé

    La présence des militaires sur la scène politique n'est pas un phénomène anormal mais une nécessité dans les pays où l'on érige un état-nation à l'occidentale. Elle inquiète plus pour des présupposés sociologiques que par une incompatibilité de nature avec le gouvernement d'un pays. Prenant la relève des politiciens, les militaires "révolutionnaires-progressistes" sous l'étiquette du Marxisme-léninisme (Bénin, Congo) et sous l'étiquette du populisme (Ghana) authentifient la construction de l'état en affermissant le centre du pouvoir par le biais de l'institutionnalisation des régimes issus des coups d'état. Pour cela, le retour à la vie politique normale du pays n'entraine pas de facto le retour des militaires à la caserne et leur retrait de la scène politique ; au contraire, il favorise l'insertion des hommes en uniforme dans les instances dirigeantes du pays en d'autres termes, les militaires ne laissent pas à leurs compatriotes civils le soin de mener et de parfaire la révolution qu'ils ont initiée. Toutefois, les militaires ne parviennent pas à exploiter à leur profit le capital de "légitimité" et la présomption d'efficacité dont ils sont porteurs. Pourquoi ? Parce que, au contact et à l'épreuve du pouvoir, ils reviennent aux méthodes de gouvernement des civils qu'ils ont renverses. D'où la nécessité de revoir et de sortir des structures léguées par le pouvoir colonial.

  • Titre traduit

    The military abd power in African progressive countries : Benin, Congo and Ghana


  • Résumé

    The presence of the military on the political arena appears an abnormal phenomenon. Indeed, it is a reality in developing countries where attempts are being made so as to construct nation-states in the sense of western democracies. This situation worries sociologists because of its incompatibility with the norms of a government. In overthrowing the civilians, the military, under guise of Marxism Leninism (Benin, Congo) or through populism (Ghana), create a kind of state characterized by a solid institutionalization. Further, the normalization of political life does not imply a de facto retreat of the military into the barracks. On the contrary, the soldier-politicians consolidate their power bases into effective leadership. In other words, the military deprives their civilian counterparts from implementing those revolutionary ideas they had initiated. However, the military usually fails to exploit the legitimacy as well as that efficiency it claims. What are the reasons for this failure? It is obvious that the military is confronted by challenges of nation-building, consequently it falls back on the same policies which instigated the overthrow of the former regimes. This fact compels the military to resort to power structures similar to those left behind by the colonial powers.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe sous forme papier

Informations

  • Détails : 2 vol (894 f.)

Où se trouve cette thèse\u00a0?

  • Bibliothèque : Bibliothèque Pierre Mendès France (Paris).
  • Consultable sur place dans l'établissement demandeur
  • Bibliothèque : Université Panthéon-Sorbonne. Bibliothèque de l'UFR de Science politique.
  • Non disponible pour le PEB
  • Bibliothèque : Bibliothèque Pierre Mendès France (Paris).
  • Consultable sur place dans l'établissement demandeur
  • Cote : D 89 ! 1
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.