Nutrition azotée du Robinier (Robinia pseudoacacia L. ) : Variation et intéraction des activités nitrate réductase et nitrogénase

par Faïrouz Boutekrabt Saidi

Thèse de doctorat en Sciences biologiques et fondamentales appliquées. Psychologie

Sous la direction de Guy Pizelle.

Soutenue en 1989

à Nancy 1 .


  • Résumé

    Dans les conditions naturelles le Robinier utilise le nitrate du sol et la fixation de l'azote moléculaire (N#2). Avant d'être incorporé dans les molécules organiques, le nitrate absorbé est transformé dans une première étape en nitrite par la nitrate réductase. L'azote moléculaire (N#2) est transformé en ammoniaque grâce à un complexe enzymatique : la nitrogénase. C'est à l'étude de ces deux enzymes qu'est consacré l'essentiel de ce travail : il nous a permis de mettre en évidence la présence d'une activité NR foliaire notable constitutive chez des robiniers non nodulés privés de nitrate. Après inoculation des robiniers et apparition de l'activité nitrogénase, l'activité NR foliaire diminue pour atteindre des valeurs minimales. Sous l'effet d'un apport de nitrate, l'activité NR foliaire augmente chez les robiniers non nodulés ou nodulés. Les activités NR foliaires (constitutive ou inductible) sont inhibées sous l'effet d'un apport de cycloheximide : tandis que le tungstate inhibe seulement l'augmentation de l'activité NR foliaire chez les robiniers en induction par le nitrate. Dans les racines et les nodosités, l'activité NR est étroitement liée à la présence du nitrate dans le milieu nutritif. Dans les nodosités l'activité NR est vraisemblablement microbienne car son induction par le nitrate n'est pas inhibée en présence de cycloheximide. Quand on place les robiniers durant 3 jours dans une complète obscurité, ces plants perdent leur activité nitrogénase après dégradation de la léghémoglobine réapparaissent dans des lobes apicaux nouvellement formés


  • Pas de résumé disponible.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe sous forme papier

Informations

  • Détails : 1 vol. (129 p.)
  • Annexes : Bibliogr. p. 121-129

Où se trouve cette thèse ?

  • Bibliothèque : Université de Lorraine (Villers-lès-Nancy, Meurthe-et-Moselle). Direction de la Documentation et de l'Edition - BU Sciences et Techniques.
  • Accessible pour le PEB
  • Cote : SC N1989 278
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.