Etude par spectrométrie de rendement photoélectrique, par spectrométrie Auger et par diffraction d'électrons lents des systèmes suivants : nickel (111) : adsorption du souffre et de cc. : stabilité thermique des faces (100), (001), et (110) de TiO2

par Richard Poirault

Thèse de doctorat en Chimie - Physique

Sous la direction de Marcel Perdereau.

Soutenue en 1989

à Dijon .


  • Résumé

    La valeur du travail de sortie du nickel (111) est de 4,75 +ou- 0,05 eV. Il existe un état de surface électronique à 0,3 eV du niveau de fermi. Il à été montré que la présence de soufre ou de monoxyde de carbone entraine une variation du travail de sortie. Sur TiO2, les défauts localisés en surface jouent un rôle prépondérant. Sur la face (110), il y a en surface une structure d'un sous-oxyde de TiO2 : Ti8O15 après recuit. Il existe un pic à 40 eV sur nos spectres Auger non attribuable a une transition classique. Le nickel croit sur TiO2 (100) "quasi-stœchiométrique" suivant un mode de croissance Stransky-Krastanov modifié : 2 à 3 monocouches de nickel + ilots tridimensionnels. Le nickel diffuse dans TiO2 "non stœchiométrique" à température ambiante. Cette diffusion est d'autant plus importante que l'écart à la stœchiométrie et la température sont élevés

  • Titre traduit

    Study by photoelectric yield spectrometry, by Auger spectrometry and by low energy electron diffraction of following systems : nickel (111) : adsorption of sulfur and co. Thermal stability of TiO2 faces (100), (001) and (110). Adsorption of nickel on TiO2 (100) effect of the temperature


  • Pas de résumé disponible.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe sous forme papier

Informations

  • Détails : 105 p
  • Annexes : Notes bibliographiques

Où se trouve cette thèse ?

  • Bibliothèque : Université de Bourgogne. Service commun de la documentation. Section Sciences.
  • Accessible pour le PEB
  • Cote : TDDIJON/1989/7
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.