Famille et parent age "dement", l'accueil en long-sejour (une perspective psycho-dynamique)

par Sylvie Marchand-Pierson Blique

Thèse de doctorat en Psychologie

Sous la direction de Michèle Grosclaude.

Soutenue en 1988

à l'Université Louis Pasteur (Strasbourg) .

    mots clés mots clés


  • Résumé

    L'accueil du parent age "dement" en long-sejour implique sa famille (decision, suivi,. . . ). La demence senile provoque l'alterite du parent. Celle-ci est plus ou moins bien vecue par la famille et l'institutionnalisation du parent se revele etre le symptome d'une crise dans la relation objectale en meme temps qu'il constitue une "issue". Les comportements de ces proches, lors de l'entree en long-sejour du veillard, apparaissent le plus souvent aux equipes medicales comme ambivalents, paradoxaux ou pathologiques. Ils se trouvent eclaires et expliques grace au recours a la theorie psychanalytique et a l'explication freudienne du travail de deuil. Ce travail de deuil s'accompagne de depression (depression liee a la culpabilite nee de l'ambivalence ou liee a une defaillance au niveau des ideaux), de regression (reperable au niveau formel, temporel et topique), de reactivation de problematiques anciennes. La specificite du trouble dementiel qui affecte le parent, amene le proche a se poser la question de la "permanence" de son identite par rapport a ses parents. Questionnement qui entraine des angoisses de mort. La prise en charge psychotherapique des etats deficitaires chez les personnes agees en long-sejour peut se psecifier par une approche de la famille de ce sujet ; ou la famille representerait la trace, le souvenir de ce qui constituait l'identite du dement et ou elle serait le "depot" de sa psyche qui se defait.


  • Résumé

    Taking "insane" older persons into long-term care involves the family (making decisions, keeping contact). Senile dementia causes changes in the parent which are coped with more or less satisfactorily by the family. Placing in an institution appears ase the symptom of a crises in the parents relations with others and constitutes a "way out". The behaviour of relatives once the parent enters the institution most frequently appear to medical staff as being ambivalent paradoxical or pathological. This behaviour can be explaind and illustrated in terms of psychoanalytical theory and the freundian explanation of the work of mourning. This work of mourning is accompanied by depression (linked with guilt arising form, ambivalence or deficiency of ideals), regression (discernable formelly, temporally and topically), and reactivation of old problems. The specific nature of the mental disorder affectivity the patient leads the relative to question the permanency of his own identity in relation to the patient which may cause anxiety about death. Psychotherapeutic treatment of the deficiencies of such patients can be determined by an approch through the family whereby the family represents the trace of memory of what constitued the identity of the patient and, as it were, the depository of the latters desintegrating psyche.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe sous forme papier

Informations

  • Notes : Publication autorisée par le jury

Où se trouve cette thèse ?

  • Bibliothèque : Bibliothèque nationale et universitaire de Strasbourg.
  • Accessible pour le PEB
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.