Les conceptions esthétiques d'Alfred Döblin jusqu'en décembre 1914

par Françoise Delpy

Thèse de doctorat en Études germaniques

Sous la direction de Georges Pons.

Soutenue en 1988

à Rouen .


  • Résumé

    Jusqu'a la Première Guerre Mondiale, la réflexion sur l'art occupe une place prépondérante dans l'œuvre d'A. Döblin. Les conceptions esthétiques de l'écrivain se dessinent dès ses premiers écrits (1896-1903). Elles sont plus amplement exposées, en 1905, dans la pièce Lydia und Maxchen, et plus directement exprimes dans les articles publiés entre 1909 et 1913 dans les revues Das Theater et Der Sturm. Mais c'est dans un ouvrage peu étudié, et dont la publication intégrale ne date que de 1980, qu'elles sont le plus complètement développées, Die Gespräche mit Kalypso über die Musik. Döblin y érige la musique en modèle esthétique, mais énonce un programme qui vise déjà la littérature. L'examen des conceptions esthétiques de Döblin telles qu'elles apparaissent dans les écrits rédigés avant 1914 et en suivant la chronologie rédactionnelle de ces textes montre certes une évolution (la réflexion esthétique se fait plus pragmatique, le matérialisme esthétique issu de la réflexion sur la musique s'avère inapplicable au roman), mais révèle avant tout la permanence des thèmes (rapport de l'art à la réalité), des points de vue (liaison de l'esthétique, de la philosophie et de la médecine) et des positions (rejet de l'intellectualisme, du psychologisme, de l'anthropocentrisme, défense de l'autonomie du créateur, pluralisme esthétique, conception de l'art comme d'une révélation, prééminence sur l'art de la vie comme totalité). En 1913, après une confrontation avec les futuristes italiens, Döblin publie son Berliner Programm. Il y appelle un nouvel art épique au service du naturalisme philosophique professé depuis les premiers écrits. Le programme esthétique de l'écrivain est alors, pour l'essentiel, en place. Döblin s'éloigne du Sturm et achève son premier grand roman, Die drei Sprunge des Wang-lun.


  • Résumé

    Aesthetic reflection occupies a major part of Döblin's work until the First World War. His first writings (1896-1903) already reveal his philosophic concepts of the creative arts. These are further developed in 1905 in the play lydia und maxchen, and more clearly outlined in the articles published between 1909 and 1913 in Das Theater and Der Sturm. However, it is in a little known work, Die Gespräche mit Kalypso über die Musik, first published in its entirety in 1980, that his thoughts are most completely defined. Döblin uses music as an aesthetic model, but already envisages its projection in literature. The aesthetic concepts of Döblin before 1914, through examination of his writings and following their sequence, show a progression. Aesthetic reflection becomes more pragmatic, aesthetic materialism formed through consideration of music cannot be applied to the novel, but his thoughts reveal a permanency of ideas, particularly in case of links between art and reality, and a permanency of viewpoints, specially the link between the aesthetic, the philosophical and medicine. Also the rejection of intellectualism, psychology and anthropocentrism, the defence of creative autonomy and aesthetic pluralism, the attitudes towards art as a revelation and the global view of art as part of life remain constant. Following a confrontation with italian futurists in 1913 Döblin published his Berliner Programm. This he called a new epic art form designed to support the philosophical naturalism promoted throughout his earlier writings. The aesthetic stance of the writer is thus essentially established. Döblin distances himself from Der Sturm and achieves his first major novel, Die drei Sprunge des Wang-lun.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe sous forme papier

Informations

  • Détails : 2 vol. (329 f.)

Où se trouve cette thèse\u00a0?

  • Bibliothèque : Université de Rouen Normandie. Service commun de la documentation. Section Lettres-Sciences.
  • Disponible pour le PEB
  • Cote : XC5856/1
  • Bibliothèque : Université de Rouen Normandie. Service commun de la documentation. Section Lettres-Sciences.
  • Disponible pour le PEB
  • Cote : XC5856/2

Cette version existe également sous forme de microfiche :

  • Bibliothèque : Bibliothèque interuniversitaire de la Sorbonne. Fonds général.
  • Non disponible pour le PEB
  • Cote : TMC 89-1179
  • Bibliothèque : Institut national d'histoire de l'art. Collections Jacques Doucet (Paris). Bibliothèque.
  • Disponible pour le PEB
  • Cote : MFiche 223/98
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.