Structure tri-dimensionnelle du manteau supérieur sous l'océan atlantique d'après l'étude des ondes de Rayleigh longue période

par Antoine Mocquet

Thèse de doctorat en Sciences de la Terre

Sous la direction de Barbara A. Romanowicz.

Soutenue en 1988

à Rennes 1 .


  • Résumé

    L'un des buts de la sismologie est de décrire la structure profonde du globe. Récemment, de nouvelles techniques d'inversion des données ont été mises au point, tandis que de nouveaux réseaux sismologiques de plus en plus denses et performants étaient installés, permettant une meilleure connaissance de l'intérieur de la Terre. L'étude tri-dimensionnelle du manteau supérieur sous l'Océan Atlantique grace à l'inversion des données sismologiques longue période s'inscrit dans le cadre de ces recherches. Ce travail se de��compose en 3 étapes. Tout d'abord, les vitesses de groupe et de phase du mode fondamental de Rayleigh sont mesurées sur 86 trajets directs séisme-station à travers l'Océan Atlantique, En utilisant la composante verticale d'enregistrements Géoscope très longue période (VLP), complétés par des données IDA et GDSN, Pour un domaine de périodes compris entre 50 et 200 s. Les vitesses obtenues sur chaque trajet sont ensuite corrigées des perturbations dues aux couches superficielles de la Terre jusqu'à la base de la croûte terrestre, puis régionalisées à période constante. Cette régionalisation est effectuée sous forme continue, sans à-priori géographique. L'inversion simultanée des cartes de vitesses de groupe et de phase à période constante montre que les vitesses d'ondes S se répartissent principalement suivant deux distributions : la première est corrélée à l'âge du plancher océanique et est mieux exprimée, jusqu'à de grandes profondeurs, dans l'Atlantique Nord. La deuxième présente des anomalies orientées Est-Ouest, alternativement lentes et rapides suivant une direction Nord-Sud. Dans l'Atlantique sud, ce second type de distribution est bien corrélé géographiquement avec l'anomalie isotopique Dupal. Il pourrait aussi correspondre au sommet d'une cellule de convection induite par la subduction sud-américaine [. . . ]. Une tentative d'interprétation des profils de vitesses d'ondes S en termes de température conduit à considérer la lithosphère comme une couche thermique limite, dont l'épaisseur et la température à la base sont en accord avec les interprétations de flux de chaleur et de bathymétrie des fonds océaniques


  • Pas de résumé disponible.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe sous forme papier

Informations

  • Détails : 168 p.
  • Annexes : 112 réf. (p. 155-168)

Où se trouve cette thèse ?

  • Bibliothèque : Université de Bretagne-Sud (Vannes). Bibliothèque universitaire.
  • Disponible pour le PEB
  • Bibliothèque : Université de Montpellier. Bibliothèque Géosciences.
  • Non disponible pour le PEB
  • Cote : THE MOC
  • Bibliothèque : Université de Rennes I. Service commun de la documentation. Section sciences et philosophie.
  • Accessible pour le PEB
  • Bibliothèque : Observatoire des Sciences de l'Univers de Rennes. Bibliothèque.
  • Non disponible pour le PEB
  • Cote : B05783
  • Bibliothèque : Université de Strasbourg. Ecole et Observatoire des Sciences de la Terre. Bibliothèque de Géophysique.
  • Disponible pour le PEB
  • Cote : TS 116
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.