Effets de l'irradiation sur la séparation de phase et sur la viscosité dans un verre B₂O ₃-PbO

par Isabelle Biron

Thèse de doctorat en Chimie

Sous la direction de Jean Philibert.

Soutenue en 1988

à Paris 11 , en partenariat avec Université de Paris-Sud. Faculté des Sciences d'Orsay (Essonne) (autre partenaire) .

  • Titre traduit

    Radiation effects on phase separation and viscosity in a B203-PbO glass


  • Pas de résumé disponible.


  • Résumé

    Les effets d'irradiation aux électrons sur la séparation de phase et sur la viscosité d'un verre d'oxyde binaire b#2o#3 20% pds pbo ont été étudiés en effectuant des observations in situ dans des microscopes électroniques en transmission conventionnelle (125 kev) et haute tension (1 mev). Pour cela l'échauffement local du verre sous le faisceau d'électrons a été soigneusement détermine en fonction du flux d'électrons. Alors que la composition de la phase précipites est de 43% pds pbo hors irradiation, il apparait exclusivement sous irradiation, pour un large domaine de concentration de 2 à 80% pds pbo, une séparation de phase, sous forme de particules sphériques de plomb métallique. Ces particules sont animées d'un mouvement désordonne dans tout le volume irradie ayant les caractéristiques d'un mouvement brownien. Elles coalescent au cours du temps par un mécanisme de coagulation. Ainsi le nombre de particules diminue tandis que leur taille augmente. Cette évolution est d'autant plus rapide que la température et le flux d'électrons sont élevés. Le nombre de précipités est relié à la viscosité du milieu dans lequel ils évoluent par le modèle de coagulation rapide de von smoluchowski. En utilisant cette relation on a calculé sous irradiation le coefficient de viscosité du milieu. On observe une diminution spectaculaire de la viscosité du verre sous irradiation. Celle-ci est d'autant plus importante que la température est basse et le flux d'électrons élevé: 10 ordres de grandeur à 530 k pour un flux de 1,1 10 #1#9e#/cm#2s, aux électrons de 125 kev. On a montré que ce phénomène existe en présence d'excitations électroniques seules. Dans l'hypothèse ou la diminution de la viscosité sous irradiation est provoquée par la création de défauts de types lacunaire et interstitiel, le comportement de la viscosité peut s'interpréter de façon suivante: à 125 kev, par un régime de recombinaison des défauts instables crées par radiolyse et a 1 MeV par l'élimination sur des puits de défauts dus aux déplacements atomiques induits par chocs élastiques

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe sous forme papier

Informations

  • Détails : 1 vol. (129 p.)
  • Notes : Publication autorisée par le jury
  • Annexes : Bibliogr. p. 111-120

Où se trouve cette thèse ?

  • Bibliothèque : Université Paris-Sud (Orsay, Essonne). Service Commun de la Documentation. Section Sciences.
  • Disponible pour le PEB
  • Cote : 0g ORSAY(1988)417
  • Bibliothèque : Centre Technique du Livre de l'Enseignement supérieur (Marne-la-Vallée, Seine-et-Marne).
  • Disponible pour le PEB
  • Cote : TH2014-035267
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.