Variations d'origines pathologiques et physiologiques temporelles des sous-populations lymphocytaires humaines évaluées à l'aide d'anticorps monoclonaux

par Chantale Boyez-Canon

Thèse de doctorat en Sciences biologiques

Sous la direction de Georges Mathé.

Soutenue en 1988

à Paris 11 , en partenariat avec Université de Paris-Sud. Faculté des Sciences d'Orsay (Essonne) (autre partenaire) .

Le président du jury était Georges Mathé.

Le jury était composé de Georges Mathé, Francis Lévi, Jean-Louis Misset, Alain Reinberg, André Adoutte, André Beaumont.

Les rapporteurs étaient Francis Lévi, Jean-Louis Misset.


  • Résumé

    Cette thèse présente l'étude des changements d'origine pathologique et les variations physiologiques temporelles des sous-populations lymphoïdes humaines évaluées à l'aide d'anticorps monoclonaux. Les techniques employées consistent en la caractérisation des épitopes membranaires des cellules, par des méthodes d'immunofluorescence. L'analyse est effectuée, soit en microscopie optique, soit en cytométrie en flux. Les méthodes statistiques utilisées en chronobiologie sont le test t, le cosinor et l'analyse de variance (ANOVA). Nous avons ainsi mis en évidence l'expression de l'antigène CALLA sur les cellules tumorales de plusieurs proliférations de type lymphoïde. Cependant, la grande variabilité des valeurs physiologiques des différentes sous-populations lymphocytaires nous a conduits à étudier les rythmes circadiens et circannuels de ces sous-populations, chez le sujet sain, et tenter d'en comprendre certains mécanismes régulateurs. Les numérations des sous-populations lymphoïdes humaines périphériques présentent un rythme circadien. Le pic des lymphocytes, des lymphocytes T(CD3), T inducteurs/auxiliaires (CD4), et CALLA positifs(CD10) a lieu au milieu de la phase de repos, tandis que celui des lymphocytes B, portant des immunoglobulines de surface est localisé en fin de phase d’activité. Les lymphocytes T cytotoxiques/suppresseurs (CD8) présentent un rythme circahémidien avec des acrophases situées à 08. 30 et 20. 30 heures. Le rapport des lymphocytes T (CD4) : (CD8), considéré comme un estimateur de l'immunité chez l'Homme varie de 1. 6 ± 0. 1 à 3. 7 ± 0. 4 au cours des 24 heures. Des rythmes circadiens sont également caractérisés pour le cortisol et la testostérone plasmatiques. Aucune corrélation n'est mise en évidence concernant les rythmes de ces hormones et les variables immunologiques étudiées. Un rythme circannuel est statistiquement validé pour ces sous-populations. De plus, leur structure circadienne serait modulée selon les saisons. L'organisation circadienne et annuelle du système immunitaire reflète l'adaptation des êtres vivants à leur environnement. Sa prise en compte apparait nécessaire pour la compréhension de la physiologie de l'immunité et sa physiopathologie.

  • Titre traduit

    Charges of pathologic origin and physiological temporal variations of human lymphoid subpopulations tested with monoclonal antibodies


  • Résumé

    This thesis shows the changes of pathologic origin and the physiological temporal variations of human lymphoid sub-populations tested with monoclonal antibodies. We have characterized membrane epitopes of lymphoid cells with immunofluorescence methods. Cells analysis is made, either under an epifluorescence microscope or in flow cytometry. The statistical analyses used in chronobiology are: t test, cosinor and analysis of variance (ANOVA). We have demonstrated the expression of CALLA antigen on tumoral cells in several lymphoid proliferations. However, the great variability of physiological values in different lymphoid subpopulations leads us to study circadian and circannual rhythms in healthy subjects and investigate immunoregulatory mechanisms. Some of the numerous circulating human lymphoid subsets demonstrate a circadian rhythm. The peak of total lymphocytes, total T lymphocytes (CD3), T helper/inducer (CD4) and CALLA positive lymphocytes (CD10), occurred in the middle of the rest phase, whereas B lymphocytes had their acrophase at the end of the wake span. Cytotoxic/suppressor T lymphocytes (CD8) exhibited a 12 hour rhythm and acrophases at 08. 30 and 20. 30 hours. The CD4:CD8 ratio varied from 1. 6±0. 1 to 3. 7±0. 4 along the 24 hour scale. Circadian rhythms were also found for plasma cortisol and testosterone. No correlation was validated between time-qualified data of these hormones and the immunological variables investigated. A circannual rhythm was statistically validated for these sub-populations. Moreover, their circadian time structure was modulated along the seasonal time scale. The circadian and annual organisation of the immunological system may reflect the adaptation of living beings to their environment. It appears necessary to take them into account, for any investigation of physiological immunology and its alterations.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe sous forme papier

Informations

  • Détails : 2 vol. (165 f.)
  • Notes : Publication autorisée par le jury
  • Annexes : Bibliogr. f. 103-120

Où se trouve cette thèse ?

  • Bibliothèque : Université Paris-Sud (Orsay, Essonne). Service Commun de la Documentation. Section Sciences.
  • Disponible pour le PEB
  • Cote : 0g ORSAY(1988)359(1)
  • Bibliothèque : Université Paris-Sud (Orsay, Essonne). Service Commun de la Documentation. Section Sciences.
  • Disponible pour le PEB
  • Cote : 0g ORSAY(1988)359(2)
  • Bibliothèque : Centre Technique du Livre de l'Enseignement supérieur (Marne-la-Vallée, Seine-et-Marne).
  • Disponible pour le PEB
  • Cote : TH2014-035205
  • Bibliothèque : Centre Technique du Livre de l'Enseignement supérieur (Marne-la-Vallée, Seine-et-Marne).
  • Disponible pour le PEB
  • Cote : TH2014-035206
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.