Analyse spectroscopique d'un complexe collisionnel et redistribution du rayonnement

par Annie Spielfiedel

Thèse de doctorat en Sciences physiques

Sous la direction de François Rostas et de Nicole Feautrier.

Soutenue en 1988

à Paris 11 , en partenariat avec Université de Paris-Sud. Faculté des Sciences d'Orsay (Essonne) (autre partenaire) .


  • Résumé

    Le problème de la redistribution collisionnelle du rayonnement suscite depuis quelques années de nombreuses études, en particulier pour déterminer l'importance des effets non adiabatiques. La méthode développée ici consiste à calculer une matrice S généralisée pour la collision des deux atomes en présence de faible champ de rayonnement. En appliquant le formalisme de transfert de moment angulaire (Fano & Macek 1973) les mêmes amplitudes de transition ont été utilisées pour calculer l'alignement en lumière polarisée ainsi que les fractions de branchement. L'ordre de grandeur des effets non-adiabatiques est évalué quantitativement par un calcul couplé appliqué au cas des transitions KNe:4S ½ -5P ½ et 4S ½ -5P 3/2 qui ne peuvent être bien décrites par aucun modèle simple. L'étude de la collision radiative a été menée dans les deux approches quantique et semi-classique (méthode du point tournant commun). Les équations semi-classiques sont établies comme limite des équations couplées quantiques. La correspondance terme à terme entre les matrices S quantique et semi-classique s'obtient directement grâce au choix du système d'axes mobiles identique dans les deux approches. L'intensité des ailes, les rapports de branchement de structure fine et la redistribution de polarisation ont été calculées. Dans l'approche semi-classique, l'évolution en temps du complexe collisionnel, met en évidence la notion de temps d'intérêt précieuse pour une interprétation physique. L'approche quantique plus quantitative est en accord satisfaisant avec les résultats expérimentaux (Delhoume & al 1981) pour l'intensité des ailes, et la position du satellite dans l'aile bleue est excellente. L'intensité totale est peu sensible aux couplages non adiabatiques ce qui confirme l'intérêt de l'approche quasistatique (en dehors des régions de satellites) pour décrire les ailes des raies. Au contraire, les fractions de branchement de structure fine sont très sensibles aux couplages entre les états moléculaires corrélés aux états atomiques du doublet SP; leur variation avec l'écart à la résonance constitue un test du changement de couplage d'une situation de type base (e) de Hund près du centre des raies à une situation de type base (a) loin dans les ailes. La comparaison dans l'aile rouge du quantique avec les prévisions tirées du modèle simple dit de "Lewis Cooper" à trajectoire. Rectiligne, pour la polarisation, montre l'importance des effets non-adiabatiques des interférences entre les contributions de deux états moléculaires proches excités de manière cohérente et des effets de courbure de trajectoire.

  • Titre traduit

    Spectroscopie analysis of a collisional complexe and redistribution of radiation


  • Pas de résumé disponible.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe sous forme papier

Informations

  • Détails : 1 vol. (165 f.)
  • Notes : Publication autorisée par le jury
  • Annexes : Bibliogr. en fin de chapitres

Où se trouve cette thèse ?

  • Bibliothèque : Université Paris-Sud (Orsay, Essonne). Service Commun de la Documentation. Section Sciences.
  • Disponible pour le PEB
  • Cote : 0g ORSAY(1988)229
  • Bibliothèque : Observatoire de Paris (Section de Meudon). Bibliothèque.
  • Consultable sur place dans l'établissement demandeur
  • Cote : (043) SPI
  • Bibliothèque : Centre Technique du Livre de l'Enseignement supérieur (Marne-la-Vallée, Seine-et-Marne).
  • Disponible pour le PEB
  • Cote : TH2014-035078
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.