Étude de deux protéines majeures (76 et 14 kDa) libérées au pôle apical des cellules épithéliales de la vessie d'amphibiens : leur rôle dans le contrôle hormonal de la perméabilité hydrique

par Abdelilah Dassouli

Thèse de doctorat en Sciences biologiques

Sous la direction de Édouard Coraboeuf.

Soutenue en 1988

à Paris 11 , en partenariat avec Université de Paris-Sud. Faculté des Sciences d'Orsay (Essonne) (autre partenaire) .


  • Résumé

    L'hormone antidiurétique (ADH) induit, au pôle apical des cellules épithéliales de la vessie d'amphibiens, la mise en place d'agrégats de particules spécifiques, représentant vraisemblabement les canaux hydriques transmembranaires. L'ADH, comme les esters de phorbol ou l'étirement mécanique de la vessie, induit également l'exocytose de granules sous apicaux. Au cours de ce travail, nous avons analysé le matériel protéique libéré dans ces différentes conditions et recherché son implication éventuelle dans le contrôle des propriétés physiologiques de cette barrière épithéliale. L'électrophorèse sur gel de polyacrylamide des extraits obtenus fait apparaître deux bandes majoritaires de 76 et 14 kDa et leur analyse par chromatographie(HPLC) permet d'isoler deux polypeptides de poids moléculaires apparents 110 et 80 kDa correspondant à la 76 kDa et deux autres, d'un même poids moléculaire (environ 20 kDa), correspondant à la 14 kDa. Seules les protéines 76 kDa sont glycosylées et ont des points isoélectriques (pl) de 6,1 et 5,1. Les deux peptides de 14 kDa ont des pl de l'ordre de 7,4. Ces protéines ne semblent pas impliquées dans la régulation du Ca++ cellulaire et n'affectent pas directement la réponse hydrosmotique à l'ADH. Cependant, le transport basal de Na+ est légèrement augmenté (environ 2. 5 %) sans que la réponse natriférique à l'ADH soit altérée. Si les anticorps anti-76 kDa n'affectent pas la perméabilité hydrique, les anticorps anti-14 kDa réduisent l'intensité de la réponse à l'ADH par un mécanisme complexe qui nécessite la réinternalisation des agrégats contenant les canaux hydriques. En utilisant les anticorps dirigés contre les protéines 76 ou 14 kDa, nous avons localisé, par immunocytochimie, ces deux protéines au niveau apical et au niveau du contengranulaire. Ces résultats suggèrent que les 76 et 14 kDa pourraient participer au renouvellement membranaire et à la mise en place d'un g1ycocalyx riche en mannose ; par ailleurs, une implication plus directe de la protéine 14 kDa dans la régulation de la perméabilité membranaire à l'eau et aux électrolytes n'est cependant pas à écarter.

  • Titre traduit

    Study of two majors proteins (76 and 14 kDa) released in the apical border of amphibian urinary bladder epithelial cells : their role in the hormonal control of water permeability


  • Pas de résumé disponible.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe sous forme papier

Informations

  • Détails : 1 vol. (150 p.)
  • Notes : Publication autorisée par le jury
  • Annexes : Bibliogr. p. 133-160

Où se trouve cette thèse ?

  • Bibliothèque : Université Paris-Sud (Orsay, Essonne). Service Commun de la Documentation. Section Sciences.
  • Disponible pour le PEB
  • Cote : 0g ORSAY(1988)195
  • Bibliothèque : Centre Technique du Livre de l'Enseignement supérieur (Marne-la-Vallée, Seine-et-Marne).
  • Disponible pour le PEB
  • Cote : TH2014-035045
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.