Étude de la photoionisation dissociative par une méthode de coïncidences photoélectron-photoion : application au protoxyde d'azote

par Martine Richard-Viard

Thèse de doctorat en Physique

Sous la direction de Paul-Marie Guyon.

Soutenue en 1988

à Paris 11 .


  • Résumé

    Comprendre les processus de dissociation des polyatomiques est primordial à plus d'un sujet. Ces processus interviennent aussi bien en photochimie (influence des rayonnements sur les espèces stables) qu'en chimie réactionnelle (influence des réactants sur les produits). Dans ce travail expérimental nous avons employé une technique de coïncidences photoélectrons de seuil-photoions avec utilisation du rayonnement synchrotron comme source ionisante. Cette technique consiste à photoioniser le gaz neutre qui donne les ions dont on veut étudier la dissociation avec des photons de longueur d'onde variable (8 à 40 eV). La sélection des électrons d'énergie quasi-nulle, dits de seuil, correspond à la sélection d'ions d'énergie interne bien définie et égale à l'énergie du photon incident. Les ions ainsi sélectionnés, ainsi que les fragments produits par leur dissociation, sont analysés par temps de vol à travers un spectromètre. Les spectres de temps de vol obtenus permettent de les identifier, de déterminer leurs importances relatives et de mesurer leurs énergies cinétiques. On présente dans ce travail un nouveau spectromètre à double chambre d'accélération qui permet d'améliorer la résolution en énergie cinétique des fragments tout en conservant une bonne résolution en masse. Avec ce spectromètre nous avons étudié en détail la prédissociation des premiers états ioniques excités du protoxyde d'azote N20+. Alors que le niveau vibrationnel (0,0,0) de l'état A2Σ+ n'est pas prédissocié les niveaux excités (1,0,0), (0,0,1), (2,0,0), (1,0,1) produisent essentiellement le fragment NO+ avec une distribution vibrationnelle étroite et centrée autour de v = 4, 5 ou 6 suivant le niveau de l'état A considéré. Un test, fait sur un simple modèle diatomique avec plusieurs voies de sortie correspondant aux différents états vibrationnels du fragment, permet de vérifier la compatibilité du mécanisme de prédissociation proposé, à savoir prédissociation de l'état A par l'état intermédiaire quasi-lié 14II, lui-même couplé à la voie dissociative 4Σ-, avec nos résultats expérimentaux. Les résultats obtenus sur la prédissociation de l'état B2II permettent de proposer divers mécanismes possibles, alors que l'étude de la prédissociation de l'état C2Σ+ met en évidence les rôles différents joués par les modes de vibration symétrique et anti-symétrique. Dans autre domaine l'étude de la dissociation de l'ion polyatomique tétrazine C2N4 H2 +permet de mettre en évidence des processus de dissociation par étapes successives.

  • Titre traduit

    Dissociative photoionisation study through a photoelectron-photoion coincidences method : application to the dinitrogen monoxide


  • Pas de résumé disponible.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe sous forme papier

Informations

  • Détails : 1 vol. (169 p.)
  • Notes : Publication autorisée par le jury
  • Annexes : Bibliogr. p. 163-165

Où se trouve cette thèse ?

  • Bibliothèque : Université Paris-Sud (Orsay, Essonne). Service Commun de la Documentation. Section Sciences.
  • Disponible pour le PEB
  • Cote : 0g ORSAY(1988)89
  • Bibliothèque : Centre Technique du Livre de l'Enseignement supérieur (Marne-la-Vallée, Seine-et-Marne).
  • Disponible pour le PEB
  • Cote : TH2014-034937
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.