Le Japon : vers une économie de marches financiers étatique

par Pascal Michel

Thèse de doctorat en Sciences économiques

Sous la direction de Françoise Renversez.

Soutenue en 1988

à Paris 10 .


  • Résumé

    La remarquable réussite économique de l'archipel nippon, due au dynamisme de la sphère productive n'a été rendue possible que grâce à l'adéquation de la sphère financière, longtemps méconnue. Notre but a, donc, été d'analyser le système financier japonais non pour en donner une vision exhaustive mais, pour en dégager les caractéristiques profondes à l'aide de l'outil théorique base sur la distinction "économie de marché - économie d'endettement". La première grande étape, par l'étude principalement des intermédiaires et des marchés, a montré que ce pays a relevé de l'économie d'endettement pendant sa phase de forte croissance, comme la France. Dans une seconde étape, la place de l'état, à travers son comportement d'endettement, lié au financement du déficit budgétaire, a été examinée car, si le trésor public n'est pas le responsable direct de l'appartenance à telle ou telle classe analytique, il est en mesure de le faire évoluer jusqu'à une possible transformation, l'augmentation de la dette publique et la vague d'innovations financières l'attestant. Enfin, les perspectives d'évolution dégagées montrent effectivement que le Japon acquiert, de plus en plus, un mode de fonctionnement propre à l'économie de marchés financiers, comme aux Etats-Unis, tout en conservant de puissants moyens de régulation, ce qui le conduit, à terme, vers une économie de marchés financiers administrée, cette lente mutation ne pouvant que conforter la puissance financière de l'archipel nippon a l'échelle mondiale.

  • Titre traduit

    Japan : towards an administrative auto-economy


  • Résumé

    The remarkable economic success of the Japanese archipelago, which is due to the dynamism of the productive sphere, has been made possible because of the competence of a financial sphere hitherto unrecognized. What I wish to do, therefore, is to analyze the Japanese financial system, not in a totally comprehensive way, but in a way that clearly shows its principles, fundamental characteristics, with the aid of an economical analytical framework, based on the distinction between the auto economy and the overdraft economy. In the first stage, we see by studying markets and intermediaries, that japan was recovering from an overdraft economy, during a period of high growth, as was France. Secondly, the position of the state, in relation to its indebtedness and the financing of the budgetary deficit examined because, if the public treasury is not directly responsible for whichever analytical class, it is able to allow for possible transformations; the increase in the public debt and the new wave of financial innovations testify to this. Lastly, the prospective economic forecast is that japan will continue to acquire more and more, due to its particular marketing financial methods, as the use; all the while, preserving powerful regulation processes which will lead him towards an administrative auto economy, this slow progression only serving to further reinforce its financial strength on the world scale.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe sous forme papier

Informations

  • Détails : 1 vol. (428 f.)
  • Notes : Publication autorisée par le jury
  • Annexes : Bibliogr. p. 403-414

Où se trouve cette thèse ?

  • Bibliothèque : Université Paris Nanterre. Service commun de la documentation.
  • Disponible pour le PEB
  • Cote : T 7431
  • Bibliothèque : La contemporaine. Bibliothèque, archives, musée des mondes contemporains (Nanterre).
  • Consultable sur place dans l'établissement demandeur
  • Cote : Q 19761

Cette version existe également sous forme de microfiche :

  • Bibliothèque : Université Toulouse 1 Capitole. Service commun de la documentation. Bibliothèque de la Manufacture des tabacs.
  • Disponible pour le PEB
  • Cote : GM1603-1988-173545487-4
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.